De pages en séries

22 juin 2019

Blog en pause

Mon papa est très malade. Je reviendrai publier dès que possible, ne soyez pas fâchés si je déserte vos blogs pendant quelques temps. Bonnes lectures et séries à tous !

SoeurEcarlate

Posté par Loucat à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 juin 2019

Polar : "Surtensions"

Surtensions2

 

Résumé de l'éditeur (une fois n'est pas coutume)

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu'on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels - un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur - se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?
Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance...
Pour cette nouvelle enquête du capitaine Coste, Olivier Norek pousse ses personnages jusqu'à leur point de rupture. Et lorsqu'on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.

Mon avis :

Voici le troisième opus des enquêtes de Victor Costes, le capitaine inventé par Olivier Norec.

Dans ce livre, l'auteur aborde la vie en prison, dans des pages strictement effroyables. Il relate les relations entre prisonniers et surveillants, les tensions, les magouilles, la violence permanente.

Les personnages principaux de cette enquête sont les membres d'un clan Corse mené par une femme, qui enchaînent les braquages de haut vol. En voulant faire sortir de prison l'un des leurs, ils mettent le doigt dans un engrenage d'échanges de services qui va les mener au désastre.

Ce livre est celui qui a mis la lumière sur Olivier Norek. Il le mérite, par la maîtrise de l'histoire - des histoires parallèles plutôt - et la description fine des caractères et des actes de ses personnages. Son équipe va prendre de plein fouet la violence de ceux qu'ils pourchassent. On ressent au fil des pages le côté quasi insupportable du vécu des enquêteurs, qui mène dans la "vraie vie"des policiers à se donner la mort. Pourchasser et retrouver des malfaiteurs, qui seront relâchés peu après pour des petites failles de procédure, ou parce qu'ils ont un super avocat, cela doit finir par devenir trop.

Ici, l'enquête piétine, les fausses pistes s'enchaînent, semées tout du long par un personnage malfaisant qui tire des ficelles selon ce qui l'arrange. La vie, la liberté, l'innocence, rien ne compte à part les intérêts particuliers de certains.

Ces "surtensions" sont celles de toutes ces marionnettes, flics ou voyous, manipulées par un personnage extérieur. Les membres de l'équipe de Coste vont y perdre des plumes et Victor la flamme de justice qui l'animait. Il va être tenté de franchir la limite entre enquête et vengeance...

Le réalisme de ce récit imprègne toutes les pages, c'est la marque de fabrique d'Olivier Norek et le lecteur oscille entre l'impression de lire un documentaire ou un roman - c'est tout de même du grand art.

Le livre suivant d'Olivier Norek est déjà sur ma liste, mais dans l'immédiat je ne peux que vous conseiller de lire ce roman grave mais passionnant.

Quelques infos :

Ce livre a obtenu Le prix Le Point du polar Européen en 2016 et le Grand Prix des Lectrices de Elle en 2017.

On le trouve  en livre de poche (7,90 €) et en e-book (7,99 €)

giphychat qui lit

Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a concocté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire...

Posté par Loucat à 14:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 juin 2019

Série : "Bodyguard"

Synopsis à ma façon :

 

Bodyguard

 David Budd (Richard Madden) est un vétéran de guerre. Il travaille désormais en tant que spécialiste de la protection pour le compte de la Metropolitan Police Service de Londres. Lors d'un trajet en train, il déjoue un attentat terrorriste. Il est alors tout naturellement choisi pour assurer la protection de Julia Montague (Keeley Hawes), Secrétaire d'Etat à l'intérieur. Julia Montague veut imposer un système de surveillance de la population que ressemble fort au Big Brother américain, ce qui va à l'encontre des valeurs de David. Comme il souffre de stress post-traumatique, chose ignorée par ses supérieurs, cela le transforme en cocotte-minute sans cesse prête à exploser. En tant que Responsable de la sécurité, ne risque-t-il pas de devenir la principale menace de la ministre ?

 Mon avis :

J'ai longtemps hésité à regarder "Bodyguard", après avoir lu des critiques méprisantes. Cependant j'ai dévoré cette série d'une seule saison (pour l'instant) en quelques jours. Je l'ai trouvée passionnante, car elle nous place au coeur du pouvoir et de ses arcanes. En poste de surveillance permanente, David est au coeur de l'action. Il voit, entend, écoute, devient même (trop) proche de la ministre. Immédiatement, cela fait de lui une cible pour les ennemis de Julia Montague, mais aussi un espion naturel pour les autres services de l'Etat qui voudraient bien avoir des informations de première main.

Tendu, enfermé en lui-même, quasi mutique, David Budd est un personnage complexe. On s'inquiète pour la Secrétaire d'Etat, car il semble sans cesse sur les nerfs. Richard Madden est parfait dans ce rôle où il doit exprimer avec son corps et son visage ses émotions, ses craintes pour la sécurité de Julia, ses tiraillements entre devoir et valeurs.

Certains choix scénaristiques sont discutables, mais l'ensemble est cohérent. Il faut cependant être assez attentif pour comprendre tout ce qui se joue dans cette série, en particulier sur le plan des libertés individuelles face au terrorisme.

Je n'ai pas trop su comment classer cette série : action ? Espionnage ? Thriller ? Il y a aussi une romance qui tient une place principale... Ce qui est sûr c'est que l'intrigue est prenante et qu'elle ne se dénoue qu'à la toute fin de la saison, il faut donc accepter de ne pas tout comprendre dès le début. Les scènes d'action sont géniales et très réalistes, c'est un point fort de cette série.

Au final, c'est une bonne série que je vous recommande chaudement !

 

Quelques infos :

653554-richard-madden-sacre-du-golden-globe-du-diapo-2

Richard Madden a obtenu pour son rôle le Golden Globe du Meilleur Acteur dans une série dramatique. "Bodygard" a été la série la plus suivie en Grande-Bretagne en 2018. 

Série britannique de Jed Mercurio, 2018, en 6 épisodes. Une saison 2 est annoncée.

Acteurs : Richard Madden, Keeley Hawes , Gina McKee.

BODYGUARD Bande Annonce VF (2018) 🅽🅴🆃🅵🅻🅸🆇

Diffusion sur la plateforme Netflix.

Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a concocté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire...

Posté par Loucat à 13:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 mai 2019

Polar : "Territoires"

Résumé à ma façon :

Le capitaine Victor Coste et son équipe de flics du SDPJ 93 sont confrontés à des meurtres étranges : les trois caïds de la drogue qui dominaient leur secteur ont été assassinés de manière étrange et horrible. Dans le même temps, des petits vieux des banlieues les plus chaudes sont agressés. Ne sachant plus où donner de la tête, allant de piste en piste sans trouver d'indice, l'équipe de Victor se sent impuissante. Les voilà pris dans une guerre de territoire et de pouvoir, sur fond d'émeutes qui mettent la ville à feu et à sang. 

Territoires

Mon avis :

J'ai hésité plusieurs fois à arrêter la lecture de ce polar, non parce qu'il était nul (au contraire) mais parce que j'ai été choquée. En effet, le parti pris d'Olivier Norek, c'est de raconter de vraies enquêtes qu'il a menées quand il était lieutenant au SDPJ 93. Cela donne une impression de vérité très forte, on a presque l'impression de lire un documentaire. Les procédures sont calquées sur la réalité, on découvre un fonctionnement de la police bien loin de celui dépeint dans les séries ou téléfilms. Au passage, Olivier Norek glisse quelques "vérités" qu'on préfèrerait presque ignorer...

Ainsi, à la fin de ce livre, vous connaîtrez la manière dont on "apaise" les tensions des banlieues - du moins dans la ville imaginaire décrite dans ce livre. Nous voilà bien loin du langage policé des élus concernant les barres de HLM et leurs habitants. On découvre dans ce polar les liens entre municipalités et trafiquants pour contenir une paix artificielle mais réelle. Ce que vivent les habitants, leur solitude face aux criminels, les trafics en tout genre autorisés du moment qu'ils sont connus, de la milice sous le manteau au détournement de fonds de la République, il y a de quoi se sentir écoeuré jusqu'à avoir envie de fermer (le temps d'une respiration) ce livre très dur.  

L'autre côté de ce polar, c'est le talent d'écrivain d'Olivier Norek. Je ne sais plus si je vous l'ai dit quand j'ai chroniqué le premier opus des aventures de Coste et son équipe, ici : j'avais des a priori sur l'écriture d'un ancien flic et militaire. Je m'attendais à un langage efficace mais peu soigné. Je me suis retrouvée face à un véritable écrivain qui manie les mots avec soin et brio, qui joue avec les phrases pour créer son propre style.

La véracité qui ressort de ces mots donne beaucoup d'énergie au récit. J'ai été très amusée par le langage si propre sur lui de la Maire, qui débite des inepties bien ficelées devant les micros et les caméras, puis passe sans transition à un langage cru et familier avec ses sbires (on ne peut appeler que comme ça ses adjoints...) Manipulation, fric, magouilles en tout genre, la Maire de Norek n'a rien à envier au couple infernal dont on fait le procès en ce moment !

En début d'année je vous disais que je voulais explorer les jeunes auteurs de polar à la française : eh bien Olivier Norek est devenu l'un de mes auteurs chouchous. J'ai d'ailleurs déjà fini le troisième opus du cycle des aventures du capitaine Coste... Alors je ne peux que vous recommander chaudement la lecture de ce polar grandiose et glaçant !

Quelques infos :

Première publication en 2014. On le trouve en version brochée (12,28 €), en pocket  (7,50 €) et en e-book (7,99 €)

Pensez à me mettre un petit commentaire, je me sens parfois seule sur ce blog... Bonne lecture ! 

Posté par Loucat à 12:50 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 mai 2019

Série : "Dead to me"

Résumé à ma façon :

Jen (Christina Applegate) a perdu trois mois plus tôt son mari adoré, avec qui elle formait un couple fort et aimant. Comme elle se sent sombrer dans la tristesse et devant l'obligation de faire face pour ses enfants, elle s'inscrit au groupe de parole des personnes en deuil de sa paroisse. Alors qu'elle se fait remarquer par ses sarcasmes et son ironie, elle rencontre Judy (Linda Cardellini) qui vient de perdre son fiancé. Très vite se noue entre elles une amitié intense et Judy se fait une place importante dans la famille de Jen, alors que nous découvrons qu'elle cache un lourd secret.

Dead to me

Mon avis : 

Une série déroutante et très originale, dont le thème pourrait - à tort - donner envie de fuir. Ce serait fort dommage !

Le deuil, la perte d'un être cher, sont au coeur de cette série. Comment faire face ? D'autant plus quand il faut soutenir ses enfants ? La vie est-elle finie ?

Ce sont des questions lourdes et tristes que personne n'a envie de se poser. Les réactions des divers protagonistes de cette histoire nous permettent de réfléchir sans pathos. Jen se protège derrière un mur de sarcasmes et d'agressivité. Il est bien difficile de dépasser ses barrières pour tenter de l'aider... Judy a une tristesse plus apparente, peut-être plus conventionnelle,  qu'elle dépasse dans sa volonté d'aider ses proches. La belle-mère de Jen cache son réel chagrin derrière une (bonne dose) de détestation de sa belle-fille : ses réflexions perfides sont hilarantes ! 

Jen rabroue tous ceux qui l'approchent, mais elle accepte également les justes réponses qui lui sont parfois renvoyées. C'est quand elle accepte les mains tendues que de belles choses se passent - même si elle n'y croit pas au départ.  Ainsi ce qui pourrait être une série sinistre et niaise sur le deuil va bien au-delà. Elle ne se résume pas à des moments tristes, elle est très drôle ! Ces deux femmes s'encouragent à reprendre pied dans leurs vies, à y apporter des changements, à rire, à vivre en somme et ça parle à tout le monde.

Cependant, le spectateur sait que Judy cache un très lourd secret, si affreux qu'il ne pourra que détruire cette amitié. Comment va-t-elle se sortir de là ? Ce mystère joue un rôle très important dans l'intrigue...

Les personnages masculins sont très amusants, souvent pitoyables, parfois inquiétants. Le fiancé de Judy fait un salaud parfait, avec sa tête de joli garçon propre sur lui. Quand au mari de Jen, dont nous ne savons rien au début, était-il l'homme presque parfait qu'elle connaissait ?

Au final, j'ai dévoré les dix épisodes de cette série en trois après-midi - et ça m'arrive très rarement ! C'est le dynamisme issu des épisodes qui m'a le plus séduit, l'humour du désespoir de Jen et l'amitié si belle et si rare qu'elle noue avec Judy. Vous me direz si vous avez aimé ?

Quelques informations :

Série Netflix US de Liz Feldman, mai 2019. Le titre peut se traduire littéralement par "Mort pour moi", vous verrez que ça peut avoir divers sens dans ce cas !

Bande annonce en VF 

Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a conconcté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire...

Posté par Loucat à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 mai 2019

"Maîtres du jeu"

Voici le recueil de nouvelles que j'ai choisi de lire dans le cadre du Challenge Voix d'autrices 2019.  

Maîtres du jeu

Mon avis :

Une nouvelle, c'est court par définition, alors je ne vais pas vous dévoiler le contenu des deux de ce recueil. C'est exactement pour ça d'ailleurs que je n'en lis pas ! J'aime les GROS livres, 300 pages pour moi c'est un minimum. Je fais partie de ces gens qui achètent leurs livres en regardant le nombre de pages, non comme certaine fille de ma connaissance pour savoir quelle peine elle va tirer, mais juste pour l'inverse : déguster à l'avance le temps que je vais passer avec les personnages.

Clairement, ce livre ne m'a pas passionnée. Je l'ai lu vite, il contient (seulement) 124 pages, alors pour moi c'est un livre de trajet en train par exemple. J'ai trouvé Karine Giebel en petite forme. Autant j'aime ses polars tels que celui dont je vous parlais ici, autant je n'ai pas été convaincue sur ce format plus court.

Pourtant la première nouvelle, "Post mortem", a réussi à me surprendre. Elle propose un jeu morbide du chat et de la souris, qui intrigue mais auquel il manque un petit quelque chose pour totalement emballer le lecteur. Cependant la fin est vraiment inattendue, glaçante, alors au final je la juge plutôt bonne.

"J'aime votre peur" ne m'a pas convaincue. J'ai trouvé son scénario "facile", et tenter de nous faire prendre en pitié le meurtrier m'a mise mal à l'aise. Bof...

C'était une bonne chose que ce challenge m'incite à visiter d'autres styles que ceux que j'affectionne. Finalement je me suis un peu rouillée, je constate que je me cantonne à des domaines connus. 

Alors, au final, ce n'est pas un coup de coeur. Il est rare que je vous parle de livres ou séries que je n'ai pas trop appréciés, parce que dès le départ, ma ligne "éditoriale" c'est de ne parler que de ce que j'aime. Mais par honnèteté, je suis allée voir sur Babelio ce qu'en pensaient d'autres lecteurs, et ce recueil est très bien noté. Alors, à vous de voir ! 

Quelques infos :

Recueil de nouvelles écrites par Karine Giebel publié en 2013. 

Pocket : 2,90 € ou en format e-book : 2,49 €

challenge-voix-autrices-2019-2b

 Avec ce livre, je valide un item du challenge lancé par Arcanes Ouvertes : "une nouvelle"

Compteur d'items : 14 / 50

Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a concocté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire... 

Posté par Loucat à 19:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 avril 2019

Série : "Dynastie"

Résumé à ma façon :

Fallon Carrington revient à Atlanta dans le but d'être nommée PDG de la société de Blake, son père. Mais elle découvre avec stupeur que celui-ci vient de se fiancer avec Crystal qui a son âge ! Immédiatement, elle ressent jalousie et suspicion, imaginant que Crystal veut profiter de la fortune de son père et les déposséder, elle et son frère Steven. Elle se lance dans une bataille rangée contre la jeune femme, fouillant dans son passé pour la salir aux yeux de Blake. Mais Crystal a des ressources et la lutte entre les deux femmes va changer la vie de la famille en cauchemar - d'autant que la première femme de Blake, Alexis, mère de Fallon et Steven, revient en force dans leur vie. De son côté Blake a fort à faire avec la famille Colby qui lui voue une haine féroce.

Affiche Dynasty

Mon avis :

Je vous entends déjà : "La pauvre Loucat elle a pété un câble!" En effet, on se trouve là loin des thrillers intellectualisants ! Je vous le dis : cette série est rigolote, distrayante, sans aucun rapport avec notre quotidien, quoi de mieux pour tricoter peinarde ? Déculpabilisation totale...

Remake du célèbre "Dynastie" diffusé dans les années 80, pour rien au monde je n'aurais perdu mon temps devant cette série à l'époque ! Avec leurs coiffures choucroutées et leurs amours à répétition, elle n'avait rien pour séduire les jeunes.

Que dire de celle-ci ? Fallon est drôlement sexy avec ses mini-jupes et ses tenues affriolantes sur son corps plus rond que les habituelles mannequins de séries. Le quotidien de cette famille est si éloigné de nos pauvres préoccupations que tout en devient cocasse - objectif clairement exprimé dès l'affiche, drôlatique.

Fallon voit son père épouser une femme du même âge qu'elle, au moment où elle pense enfin prendre la direction des affaires de son père. Les écharpages entre les deux femmes sont très drôles ! Le père trône en coq entre ses deux "femmes" - d'autant que sa première épouse revient s'installer au domaine dès la deuxième saison. Le fils homo, bien sûr, peine à trouver sa place face à ce père à la virilité envahissante.

Les tenues extravagantes des femmes, la déco, les repas, tout est too much ! Mais j'ai bavé devant certaines des robes...

Les tourments de ces gosses de riches hyper pourris sont amusants, si on les regarde avec la superficialité nécessaire. Car rien n'est à intellectualiser dans cette série.

Quelques infos :

Série en 2 saisons diffusée sur Netflix.

DYNASTIE Bande Annonce VF ✩ Série Netflix (2017)

 Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a conconcté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire... 

Posté par Loucat à 12:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 avril 2019

"L'assassin royal", saga de Robin Hobb

Résumé à ma façon (avec un peu d'aide de Babélio) :

Le jour de ses six ans, un petit garçon est amené au prince Vérité : il serait le bâtard du prince Chevalerie, le Roi-Servant...

Au château de Castelcerf le roi Subtil Loinvoyant règne sur les Six Duchés. Il est aidé dans sa lourde tâche par son fils le Roi-Servant Chevalerie qui, comme son père et tous les nobles du royaume, porte le nom de la qualité que ses parents espéraient le voir développer. Ainsi le frère du Roi-servant s'appelle-t-il Vérité et leur demi-frère Royal. Suite à une aventure secrète, Chevalerie a donné naissance à un bâtard, dont la simple existence va bouleverser le fragile équilibre entre le roi et ses fils. Nommé Fitz, cet enfant peine à trouver sa place à la cour et dans ses intrigues. Pour le protéger et lui donner un rôle aussi important que celui des autres princes, le roi le destine à un rôle que nul ne voudrait occuper : devenir l'Assassin royal. Au service de son roi et dans un parfait secret, il découvre l'importance de son rôle, tout en apprenant les poisons, le meurtre et la trahison.

l-assassin-royal-tome-1-l-apprenti-assassin

Mon avis :

Vous résumer 6 tomes en une fois est impossible, mais comme la fantasy ne passionne pas tout le monde, j'ai préféré regrouper. De toute façon, vous ne lirez pas un tome au milieu de la série, alors je vous ai mis le résumé du premier tome.

J'ai retardé la lecture de cette saga célèbre pendant longtemps, je ne sais pas pourquoi mais quand un film ou un livre est porté aux nues, cela me refroidit immédiatement. Peut-être la crainte d'être déçue ? Un psy trouverait sûrement d'autres raisons moins sympathiques !

Et bien voilà que pour une fois, je me suis fait prendre à mon propre jeu. Parce que cette saga est FANTASTIQUE ! Eh oui, même si je lis beaucoup de romans de fantasy, il n'en reste finalement que très peu qui sortent du lot.

Le seul souci pour cette saga, c'est de comprendre comment elle est articulée. Les éditeurs français l'ont éparpillée en plusieurs "petits" tomes, avant de la regrouper en "intégrale" comprenant plusieurs tomes. Mais l'auteure a en plus entrecoupé son récit de deux autres sagas, qui complètent ou éclairent la première, avant de reprendre celle-ci...Allez vous y retrouver ! J'ai pris le parti d'aller sur des sites de fans et de suivre leurs conseils. Dans un premier temps, j'ai donc lu les 6 premiers tomes de "L'assassin royal" (les deux premiers tomes de l'intégrale si vous la choisissez ainsi).

L'assassin royal 1ère époque

Dans le premier tome, Fitz est tout petit, il a six ans. Il découvre le château où il va vivre, les relations particulières entre ses habitants. Il fait peu à peu connaissance avec son grand-père, ses oncles. Le lecteur découvre également sa personnalité singulière. Ce tome est passionnant ! 

Dans les tomes suivant, on suit sa vie à diverses époques jusqu'à sa vie de jeune adulte. Parfois le récit est un peu délayé, surtout les  tomes 4 et 5, c'est dommage car globalement l'histoire est passionnante, pleine de voyages, d'aventures, de rencontres. Le final est grandiose, infusé de magie, de combats, de loyauté mais aussi de traitrise. 

La magie est très présente tout au long du récit, sous la forme du Vif qui permet d'entrer en relation avec les animaux, une magie rejetée comme étant contre nature : c'est celle que possède Fitz. Et puis l'Art, la magie considérée comme la seule digne d'intérêt, que seuls détiennent les membres de la famille royale ou quelques nobles - Fitz l'utilise aussi, sans bien le maîtriser. Cette double capacité en fait un personnage redoutable, à son insu !  Cela occasionne d'effrayantes rencontres entres les magiciens. Finalement, quelle que soit la magie, seule compte la manière dont on s'en sert... on peut faire le parallèle avec le pouvoir !

Pour ce qui est des personnages, j'ai développé un attachement particulier pour Vent de Nuit, le loup de Fitz, lié à lui par le Vif, avec qui il tient des conversations internes amusantes et décalées.  Le Fou est un personnage très surprenant, qui garde son mystère jusqu'à la fin, en constante évolution, tout comme Fitz. Et bien sûr, l'histoire d'amour ratée entre Vérité et sa reine, si émouvante, parfaitement insolite dans un tel livre.

Il faut aussi parler de l'univers étonnant développé par Robin Hobb, un monde où se côtoient des seigneurs en armure, des dragons et des marins qui se déplacent sur les vivenefs, des bâteaux vivants !

Au final, c'est l'une des sagas qui restera dans ma mémoire longtemps, heureusement il me reste plein de tomes à lire, lorsque j'aurai fini les histoires intermédiaires, en plusieurs (gros) tomes elles aussi...

Quelques infos :

"L'assassin royal" est une saga en treize tomes de Robin Hobb, une auteure américaine. Publiée en version originale en 1995, traduite en français en 1998, cette saga a rencontré largement plus de lecteurs que celle de Georges R. R. Martin pour "Le trône de fer" (adapté sous le nom "Game of Thrones"...) - saga (et non série) dont je vous parlerai d'ailleurs très bientôt. 

challenge-voix-autrices-2019-2b

Avec ce livre, je valide un item du challenge lancé par Arcanes Ouvertes : "un roman de fantasy"

Compteur d'items : 13 / 50

giphychat qui lit

Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a concocté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire... 

Posté par Loucat à 10:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 avril 2019

"Les étoiles de Noss Head", tome 1

Résumé à ma façon :

Hannah a dix-huit ans, elle vient tout juste d'avoir son bac et s'apprête à passer des vacances passionnantes avec ses copines. Quand ses parents lui annoncent que la famille va passer l'été à Wick, en écosse, elle est furax : elle va s'ennuyer dans ce trou perdu ! Cependant, en arrivant chez sa grand-mère, elle rencontre de nouveaux amis et commence à changer d'avis sur ces vacances. Quand elle rencontre Leith, un jeune homme ensorcelant, elle tombe dans un parfait conte de fées. Mais celui-ci tourne vite au cauchemar...

les-etoiles-de-noss-head-1-vertiges-9782290082140_0

Mon avis :

J'ai entendu parler de ce livre sur le blog de Sue-Ricette, je me suis lancée !

L'histoire est intéressante, même si elle n'est pas d'une folle originalité. L'héroïne n'est pas une faible chose, elle essaie de comprendre ce qui lui arrive et n'hésite pas à s'opposer aux adultes qui l'entourent.

Sa rencontre avec Leith bouleverse sa vie d'une manière qu'elle ne pouvait imaginer. Elle découvre aussi des secrets de famille bien cachés. Face à l'intrusion de la magie puis du drame dans sa vie, elle garde la tête froide au lieu de perdre pied, mais n'hésite pas à risquer sa vie pour sauver le jeune homme.

De son côté, Leith se montre passionné, protecteur, mais également froid et arrogant. Ces diverses manières de se comporter mettent Hannah à rude épreuve.

Ce schéma narratif m'aurait vite insupporté si le personnage de la jeune fille n'avait pas été plus complexe qu'on pourrait le penser. En lui donnant un caractère fort, l'auteure donne un intérêt soutenu à son histoire. Nous sommes très nettement dans un livre young adult, pourtant les dangers rencontrés par les deux jeunes gens sont assez effrayants. Si la romance entre eux est édulcorée au vu du public, elle ne tourne pas à la mièvrerie, ce que j'ai craint au début. Les personnages secondaires sont attachants, on a envie qu'ils prennent de l'importance dans la suite de l'histoire. 

L'écriture est agréable, j'ai passé un bon moment, ce qui fait que j'ai dévoré ce premier opus en quelques jours ! Même si ce roman n'a pas été un coup de coeur, je lirai la suite avec plaisir.

Quelques informations :

Ce tome écrit en 2010, premier d'une saga de cinq livres, se nomme "Vertiges".

Sophie Jomain est l'auteure de plusieurs sagas, dont celle qui met en scène Félicity Atcock.

Publié en poche à 7,20 € ou en e-book à 4,99 € (prix indicatifs).

 

challenge-voix-autrices-2019-2b

 

Avec ce livre, je valide deux items du Challenge lancé par Arcanes Ouvertes : "une romance" et "un livre qu'on m'a conseillé" (Compteur d'items : 12 / 50).

Chers lecteurs, pensez à me mettre un petit mot en commentaire...

Posté par Loucat à 12:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 avril 2019

"Quand sort la recluse"

Résumé à ma façon : 

Dans le sud de la France, des hommes âgés meurent d'une piqure de recluse, une araignée méconnue qui vit dans les granges et ne sort que pour tuer. Cette affaire passionne l'un des adjoints du commissaire Adamsberg, qui se révèle entomologiste à ses heures : on ne peut pas mourir d'une piqure de cette araignée... Chaque piste est explorée, puis abandonnée. L'équipe finit par conclure à des morts naturelles, mais Adamsberg n'en démord pas : ces hommes ont été assassinés. Mais pourquoi eux, alors qu'ils n'ont rien en commun ? Et comment pourrait-on procéder pour tuer avec une araignée ? Face à l'obstination du commissaire, qui n'a même pas le droit d'enquêter sur cette affaire hors de sa juridiction, le commandant Danglard se rebelle et provoque une scission dans l'équipe. 

Quand-sort-la-recluse

Mon avis :

Un régal ! Fred Vargas nous entraîne sur tout un tas de fausses pistes, même Adamsberg finit par s'y perdre. Quand rien de vient, aucun indice, que toutes les pistes semblent ne mener nulle part, comment procéder ? Faire confiance à l'intuition. Adamsberg n'en manque pas, même s'il reconnaît lui-même être peu inspiré cette fois-ci. Il décide cependant de suivre son instinct, ce qui entraîne une fracture dans son équipe. Les "pour" l'assistent, les "contre" traînent les pieds, regroupés autour de Danglard, son adjoint préféré, puits de science qui cette fois-ci décide de claquer la porte, exaspéré par les recherches hors la loi du commissaire.

Les tensions entre les membres de l'équipe sont fréquentes, dans les polars de Vargas. Il faut dire qu'Adamsberg se comporte étrangement : il ne suit pas la procédure, marche au lieu d'écouter les interrogatoires, se perd dans ses brumes... Il y a peu je regardais une émission sur les policiers et le polar, et l'un d'entre eux avouait être un fan total d'Adamsberg, même si dans la "vraie vie" il serait incapable de gérer ses enquêtes !

Dans son équipe, chacun a ses petites manies, son comportement particulier, ses spécificités. D'ailleurs, j'ai réalisé que dans chacun de ses opus, l'auteure (désolée, autrice ne me passe pas...) fait un focus sur l'un des adjoints, nous permettant de faire plus ample connaissance, au lieu de seulement les connaître de nom.

Il faut dire qu'ils sont nombreux, ses adjoints ! Adamsberg est un commissaire qui va sur le terrain, il ne se contente pas de la paperasse qu'il délègue à Danglard, qui lui y met du talent.

Le talent de Fred Vargas, c'est son écriture. Elle est la seule à pouvoir écrire des dialogues mettant en relation plus de dix personnes sans qu'on s'y perde, en respectant la personnalité de chacun : du grand art.

Elle a une langue unique, reconnaissable. Les personnages s'égarent parfois sur des sujets qui paraissent anecdotiques, les décortiquent, les étirent... et il en sort à chaque fois quelque chose ! Alors il y a une certaine lenteur dans le récit qui peut agacer si l'on ne cherche qu'une enquête brute : ici, l'ambiance, les relations entre les personnages, les jeux de l'esprit priment.

Ce récit, qui touche souvent à la psyché, aux jeux de mots qui cachent des maux, nous entraîne sur les traces méconnues de la recluse, une araignée qui vit dans un tunel de toile et ne sort que pour tuer sa proie. Un sujet totalement répugnant pour moi, puisque je fais partie de ceux qui ont la phobie la plus répandue ! Pourtant on s'y attacherait presque, à cette bestiole...

Je ne peux que vous conseiller ce livre, que vous pouvez lire bien sûr sans avoir lu les autres opus, même si vous serez moins à l'aise avec les divers personnages. Mais je suis convaincue qu'ensuite, vous aurez envie de revenir aux origines et de découvrir les premières enquêtes d'Adamsberg !

Quelques infos :

Je suis totalement fan de Fred Vargas. J'ai commencé à la lire avant même que le commissaire Adamsberg devienne son personnage principal. Elle publie assez peu, ses lecteurs attendent chaque livre avec impatience. Avant de lire celui-ci, j'ai relu son livre précédent, "Temps glaciaires". 

"Quand sort la recluse", publication Flammarion, 2017.

Prix indicatif : broché 21 €, poche 8,40 €, e-book 7,99 €

challenge-voix-autrices-2019-2b

Avec ce livre, je valide un item du challenge lancé par Arcanes Ouvertes : "un livre d'une autrice que j'appécie".

Compteur d'items : 10 / 50

Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a concocté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire...  

giphychat qui lit

 

Posté par Loucat à 17:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,