De pages en séries

08 avril 2019

"Les étoiles de Noss Head", tome 1

Résumé à ma façon :

Hannah a dix-huit ans, elle vient tout juste d'avoir son bac et s'apprête à passer des vacances passionnantes avec ses copines. Quand ses parents lui annoncent que la famille va passer l'été à Wick, en écosse, elle est furax : elle va s'ennuyer dans ce trou perdu ! Cependant, en arrivant chez sa grand-mère, elle rencontre de nouveaux amis et commence à changer d'avis sur ces vacances. Quand elle rencontre Leith, un jeune homme ensorcelant, elle tombe dans un parfait conte de fées. Mais celui-ci tourne vite au cauchemar...

les-etoiles-de-noss-head-1-vertiges-9782290082140_0

Mon avis :

J'ai entendu parler de ce livre sur le blog de Sue-Ricette, je me suis lancée !

L'histoire est intéressante, même si elle n'est pas d'une folle originalité. L'héroïne n'est pas une faible chose, elle essaie de comprendre ce qui lui arrive et n'hésite pas à s'opposer aux adultes qui l'entourent.

Sa rencontre avec Leith bouleverse sa vie d'une manière qu'elle ne pouvait imaginer. Elle découvre aussi des secrets de famille bien cachés. Face à l'intrusion de la magie puis du drame dans sa vie, elle garde la tête froide au lieu de perdre pied, mais n'hésite pas à risquer sa vie pour sauver le jeune homme.

De son côté, Leith se montre passionné, protecteur, mais également froid et arrogant. Ces diverses manières de se comporter mettent Hannah à rude épreuve.

Ce schéma narratif m'aurait vite insupporté si le personnage de la jeune fille n'avait pas été plus complexe qu'on pourrait le penser. En lui donnant un caractère fort, l'auteure donne un intérêt soutenu à son histoire. Nous sommes très nettement dans un livre young adult, pourtant les dangers rencontrés par les deux jeunes gens sont assez effrayants. Si la romance entre eux est édulcorée au vu du public, elle ne tourne pas à la mièvrerie, ce que j'ai craint au début. Les personnages secondaires sont attachants, on a envie qu'ils prennent de l'importance dans la suite de l'histoire. 

L'écriture est agréable, j'ai passé un bon moment, ce qui fait que j'ai dévoré ce premier opus en quelques jours ! Même si ce roman n'a pas été un coup de coeur, je lirai la suite avec plaisir.

Quelques informations :

Ce tome écrit en 2010, premier d'une saga de cinq livres, se nomme "Vertiges".

Sophie Jomain est l'auteure de plusieurs sagas, dont celle qui met en scène Félicity Atcock.

Publié en poche à 7,20 € ou en e-book à 4,99 € (prix indicatifs).

 

challenge-voix-autrices-2019-2b

 

Avec ce livre, je valide deux items du Challenge lancé par Arcanes Ouvertes : "une romance" et "un livre qu'on m'a conseillé" (Compteur d'items : 12 / 50).

Chers lecteurs, pensez à me mettre un petit mot en commentaire...

Posté par Loucat à 12:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 avril 2019

"Quand sort la recluse"

Résumé à ma façon : 

Dans le sud de la France, des hommes âgés meurent d'une piqure de recluse, une araignée méconnue qui vit dans les granges et ne sort que pour tuer. Cette affaire passionne l'un des adjoints du commissaire Adamsberg, qui se révèle entomologiste à ses heures : on ne peut pas mourir d'une piqure de cette araignée... Chaque piste est explorée, puis abandonnée. L'équipe finit par conclure à des morts naturelles, mais Adamsberg n'en démord pas : ces hommes ont été assassinés. Mais pourquoi eux, alors qu'ils n'ont rien en commun ? Et comment pourrait-on procéder pour tuer avec une araignée ? Face à l'obstination du commissaire, qui n'a même pas le droit d'enquêter sur cette affaire hors de sa juridiction, le commandant Danglard se rebelle et provoque une scission dans l'équipe. 

Quand-sort-la-recluse

Mon avis :

Un régal ! Fred Vargas nous entraîne sur tout un tas de fausses pistes, même Adamsberg finit par s'y perdre. Quand rien de vient, aucun indice, que toutes les pistes semblent ne mener nulle part, comment procéder ? Faire confiance à l'intuition. Adamsberg n'en manque pas, même s'il reconnaît lui-même être peu inspiré cette fois-ci. Il décide cependant de suivre son instinct, ce qui entraîne une fracture dans son équipe. Les "pour" l'assistent, les "contre" traînent les pieds, regroupés autour de Danglard, son adjoint préféré, puits de science qui cette fois-ci décide de claquer la porte, exaspéré par les recherches hors la loi du commissaire.

Les tensions entre les membres de l'équipe sont fréquentes, dans les polars de Vargas. Il faut dire qu'Adamsberg se comporte étrangement : il ne suit pas la procédure, marche au lieu d'écouter les interrogatoires, se perd dans ses brumes... Il y a peu je regardais une émission sur les policiers et le polar, et l'un d'entre eux avouait être un fan total d'Adamsberg, même si dans la "vraie vie" il serait incapable de gérer ses enquêtes !

Dans son équipe, chacun a ses petites manies, son comportement particulier, ses spécificités. D'ailleurs, j'ai réalisé que dans chacun de ses opus, l'auteure (désolée, autrice ne me passe pas...) fait un focus sur l'un des adjoints, nous permettant de faire plus ample connaissance, au lieu de seulement les connaître de nom.

Il faut dire qu'ils sont nombreux, ses adjoints ! Adamsberg est un commissaire qui va sur le terrain, il ne se contente pas de la paperasse qu'il délègue à Danglard, qui lui y met du talent.

Le talent de Fred Vargas, c'est son écriture. Elle est la seule à pouvoir écrire des dialogues mettant en relation plus de dix personnes sans qu'on s'y perde, en respectant la personnalité de chacun : du grand art.

Elle a une langue unique, reconnaissable. Les personnages s'égarent parfois sur des sujets qui paraissent anecdotiques, les décortiquent, les étirent... et il en sort à chaque fois quelque chose ! Alors il y a une certaine lenteur dans le récit qui peut agacer si l'on ne cherche qu'une enquête brute : ici, l'ambiance, les relations entre les personnages, les jeux de l'esprit priment.

Ce récit, qui touche souvent à la psyché, aux jeux de mots qui cachent des maux, nous entraîne sur les traces méconnues de la recluse, une araignée qui vit dans un tunel de toile et ne sort que pour tuer sa proie. Un sujet totalement répugnant pour moi, puisque je fais partie de ceux qui ont la phobie la plus répandue ! Pourtant on s'y attacherait presque, à cette bestiole...

Je ne peux que vous conseiller ce livre, que vous pouvez lire bien sûr sans avoir lu les autres opus, même si vous serez moins à l'aise avec les divers personnages. Mais je suis convaincue qu'ensuite, vous aurez envie de revenir aux origines et de découvrir les premières enquêtes d'Adamsberg !

Quelques infos :

Je suis totalement fan de Fred Vargas. J'ai commencé à la lire avant même que le commissaire Adamsberg devienne son personnage principal. Elle publie assez peu, ses lecteurs attendent chaque livre avec impatience. Avant de lire celui-ci, j'ai relu son livre précédent, "Temps glaciaires". 

"Quand sort la recluse", publication Flammarion, 2017.

Prix indicatif : broché 21 €, poche 8,40 €, e-book 7,99 €

challenge-voix-autrices-2019-2b

Avec ce livre, je valide un item du challenge lancé par Arcanes Ouvertes : "un livre d'une autrice que j'appécie".

Compteur d'items : 10 / 50

Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a concocté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire...  

giphychat qui lit

 

Posté par Loucat à 17:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 mars 2019

Série : "Good girls"

Synopsis à ma façon :

Beth (Christina Hendricks), sa soeur Annie (Mae Whitman) et leur amie Ruby (Retta) vivent des moments difficiles. Pour des raisons différentes, ces mères de famille se retrouvent dans des situations financières inextricables, avec des conséquences graves pour leurs familles. Désespérées, elles organisent un braquage dans le supermarché où travaille Annie. Mais leur maladresse va avoir des conséquences inattendues...

good-girls-nbc

Mon avis :

Voilà une série grinçante sur la crise qui touche toutes les classes sociales. Beth vit dans une grande maison, elle a un niveau de vie confortable jusqu'à ce que les malversations de son mari entraînent la ruine de la famille. Annie vit seule avec sa fille Sadie, elle a un petit contrat de quelques heures en tant que vendeuse au supermarché du coin, se fait harceler par son supérieur qui lui fait du chantage. Ruby enchaîne les petits boulots, bien que son mari prépare un concours pour devenir policier. Leur fille attend une greffe du rein, ses traitements ont des coûts exorbitants. Comment s'en sortir ?

Dans le contexte de crise que connait notre pays, cette série jette un pavé dans la mare : ces trois femmes choisissent l'illégalité pour s'en sortir ! Je ne vous raconte rien de plus pour vous laisser le plaisir de la découverte. Chaque épisode "finit mal", si l'on peut dire, puisque nos trois héroïnes rencontrent chaque fois des déconvenues. Heureusement, elles ont des ressources infinies. Il faut dire que nécessité fait loi, et que leur moralité est assez extensible...

good-girls-3

De gauche à droite : Annie, Ruby, Beth

Cela les met dans des situations improbables dont elles se sortent par des moyens impossibles, ça fait boule de neige au point qu'elles ne savent plus comment s'en sortir.

Cette série a rencontré un franc succès, il faut dire que les actrices sont irrésistibles, leurs alter ego masculins sont impayables eux aussi ! Vous le comprenez aisément, le maître mot de cette série est l'humour noir : comment vont-elles se sortir des situations dans lesquelles elles se plongent elles-mêmes ? Les échecs successifs des trois femmes sont réjouissants, les solutions trouvées vraiment amorales et amusantes : on rit franchement de leur malheurs, avec un peu d'envie pour leur détermination et leur culot - enfin pour ce qui me concerne !

GOOD GIRLS Bande Annonce VF (2018) Christina Hendricks, Série Netflix

Quelques informations :

Série de Jenna Bans, 2018. Diffusion sur Neflix, la saison 2 va bientôt arriver. 

Posté par Loucat à 08:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 mars 2019

"L'amie prodigieuse", tome 1

Pour ce roman, j'ai fait ma première lecture commune avec Sue-Ricette : vous pouvez aller lire son avis sur son blog en cliquant sur son nom.

Résumé à ma façon :

Elena apprend que son amie d'enfance Lila a disparu. Elle décide de raconter l'histoire de leur amitié. A Naples, à la fin des années cinquante, Lila et Elena s'observent et se découvrent, du haut de leurs six ans. Au cours des années qui suivent, elles nouent une amitié teintée de rivalité et d'émulation. Toutes deux douées pour les études, les décisions de leurs parents les amènent à suivre des chemins très différents : Lina entre dans la vie active alors qu'Elena va poursuivre ses études au collège puis au lycée. Sur un fond de violence quotidienne, sous les regards constants de leurs familles et de leurs amis, elles grandissent, se rapprochent, s'éloignent... sans jamais s'oublier. 

L-amie-prodigieuse

Mon avis :

Ce premier tome retrace la vie d'Elena et Lila pendant dix ans, de leur enfance à la fin de leur adolescence, à seize ans. 

Au départ, je n'étais pas follement attirée par ce livre, qui a été tant vanté et admiré que je craignais d'être déçue, comme souvent dans ce cas. Et puis une amie me l'a mis dans les mains, et j'ai proposé à Sue-Ricette de le lire en même temps que moi. 

Le début de ce livre ne m'a pas transcendée, même si le talent d'écriture de l'auteure est indubitable. Le climat de violence permanent, des pères envers leurs femmes et filles, des frères envers leurs soeurs, des hommes et garçons entre eux, m'a franchement rebutée. Mais peu à peu la petite musique des mots et des images suscitées par eux a fait son chemin en moi. Je n'ai vraiment accroché à cette lecture qu'à mi-parcours, lorsque les jeunes filles ont fait leurs premiers pas en adolescence.

Il faut dire que cette amitié est très spéciale, la rivalité entre les filles est extrême. Lila ouvre souvent le chemin, Elena la suit. Elle montre assez peu de personnalité et se sent inférieure à cette amie capable d'en imposer aux adultes. C'est lors de son entrée au collège que cette rivalité parvient à son point culminant, mais là également qu'Elena commence à prendre conscience de sa valeur et de ses désirs propres.

L'écriture d'Elena Ferrante est évocatrice, elle suscite chez le lecteur des images, des sons, des odeurs qui lui permettent de s'immerger dans le quotidien de ce quartier. Certaines scènes sont fantastiques, toujours sur le fil entre joie et drame. On tremble pour ces jeunes qui traversent l'enfance en échappant - ou pas - à la violence permanente qui les entoure.

Le quotidien est sous-tendu par les réminiscences de collaboration et de marché noir issus de la guerre, les tensions politiques avec les communistes, le rôle de la mafia. 

Entre le quartier pauvre des deux amies et le reste de la ville se dresse comme une barrière infranchissable, que seule l'éducation pourrait peut-être leur faire passer - si les coutumes de mariage précoce et imposé ne parviennent pas à les briser avant...

Difficile d'en dire plus sans dévoiler l'histoire. Pour conclure, je peux dire que si le début n'a pas été pour moi un coup de coeur, je me suis attachée insidieusement au destin des deux héroïnes au fil des pages, il me tarde à présent de lire la suite !

Merci Sue-Ricette pour les échanges passionnants autour de ce livre, j'espère que nous aurons l'occasion à nouveau de lire ensemble !

Quelques informations :

"L'amie prodigieuse" est le tome 1 d'une saga qui en compte quatre, le dernier tome vient juste d'être édité.

Elena Ferrante est un pseudonyme, l'identité réelle de l'auteure est inconnue. Je vous mets ici un lien vers une bibliographie qui vous explique le pourquoi de ce mystère, l'idée de base étant que l'auteure voulait que ses livres parlent d'eux-mêmes.

Ce premier tome paru en 2011 a entraîné un véritable engouement pour cette auteure dont les livres rencontrent aujourd'hui un véritable succès.

Edition brochée chez Gallimard (26,50 €), en poche Folio (8,40 €), en e-pub (7,99 €).

challenge-voix-autrices-2019-2b

Avec ce livre, je valide un item du Challenge lancé par Arcanes Ouvertes : "un livre que je voudrais offrir à tout le monde", puisque je l'ai déjà offert à ma mère ! (Compteur d'items : 9 / 50).

 

Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a conconcté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire... 

giphychat qui lit

 

Posté par Loucat à 11:57 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 mars 2019

"Les Filles de l'orage" tome 1, Saga "L'or et le sang"

Résumé à ma façon :

Bluebell est l'aînée d'une fratrie de 5 soeurs. Destinée à occuper le trône à la mort de son père le roi du Thyrsland, c'est une guerrière fière et forte qui s'affirme sur les champs de bataille. A tel point que ses soeurs la surnomment avec malice "tétons d'acier". Mais quand son père tombe dans le coma à la suite d'une maladie étrange, elle n'a de cesse de trouver une solution pour le ramener à la vie. Avec ses sœurs, elle quitte la cité royale à la recherche de sa tante dont elle vient tout juste de découvrir l'existence. Celle-ci est en effet une puissante sous-magicienne, seule capable de lever le sort qui est en train de tuer le roi.  

le-sang-et-l-or-tome-1-les-filles-de-l-orage

Mon avis :

Lors de ce voyage, les soeurs vont se découvrir et se révéler. En effet, elles ne sont pas très proches, de par leurs âges respectifs et leur éducation très différente. Bluebell a été élevée pour régner, elle est dure, forte physiquement, cassante moralement. Ash de son côté sent poindre en elle des pouvoirs mystérieux qu'elle ne maîtrise pas mais qui vont pourtant être utile dans ce périple. Rose qui semble avoir une vie agréable et rangée, puisqu'elle est mariée à un riche seigneur et mère d'une petite fille, se révèle faible et faillible, son amour infidèle va provoquer bien des drames. L'une des plus jeunes soeurs de son côté, complote contre Bluebell pour imposer une nouvelle religion à la cour de son père, là aussi, avec des conséquences dramatiques.

Finalement Bluebell, qui ne semble pas si sympathique que cela au début, va avoir fort à faire. Entre ses ennemis réels qui veulent la mort du roi et de sa prétendante de droit au trône, et les dissentions au sein de sa propre famille, l'issue de sa quête est bien incertaine. J'ai beaucoup aimé l'idée de partager le rôle principal entre toutes ces femmes et de leur faire vivre beaucoup d'aventures. 

J'ai trouvé amusant le contraste entre l'histoire qui se situe dans une époque moyenâgeuse comme souvent en fantasy, et le langage cru, fleuri et souvent très moderne des jeunes femmes. Ce récit dont le scénario de départ n'est pas follement original est agréablement renouvelé par la place centrale de ces cinq soeurs, avec leur modernité de pensée et de langage.

Il suprend aussi par ses thèmes sous-jacents. Ainsi, Bluebell redoute l'installation de la religion trimartyre à laquelle adhère secrètement sa soeur, car elle revient sur le droit des femmes à accéder au pouvoir - et limite également tous les autres droits des femmes, comme celui de choisir un métier ou de ne pas vouloir être mère de famille... et donc le principe d'égalité avec les hommes. Un principe hélas allègrement battu en brèche jusque dans nos sociétés "modernes" - totalement bafoué dans beaucoup d'autres. Sous couvert de récit "fantaysiste" Kim Wilkins fait passer des idées féministes à ses lecteurs - et c'est parfaitement nécessaire de les rappeler aux jeunes générations.

Ce livre est clairement destiné à un lectorat "young adult" mais il est tout à fait plaisant, pas du tout mièvre, d'ailleurs je suis en train de lire le tome 2. 

challenge-voix-autrices-2019-2b

Avec ce livre, je valide deux items du Challenge lancé par Arcanes Ouvertes : "un roman young adult" et "une traduction" (Compteur d'items : 8/50).

Quelques informations :

Cette saga appelée "Le sang et l'or" comporte 4 tomes, seuls deux sont traduits en français pour l'instant : Tome 1 "Les filles de l'orage" , Tome 2  "Les soeurs du feu".

Autrice : Kim Wilkins est australienne, elle a déjà publié 25 romans.

Publié en livre de poche  8,20 € Lien ici ou en broché à 23,75 €, format e-book à 5,99 € 

Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a conconcté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire...

 

Posté par Loucat à 10:58 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


04 mars 2019

Série : "Devious Maids"

J'ai eu besoin de fantaisie et de légèreté ces derniers jours, cette série m'a apporté tout cela, l'humour en plus.

Synopsis à ma façon : 

Dans le monde superficiel de richissimes familles, les bonnes latinos oeuvrent avec discrétion et efficacité. Toutes ? Non, Flora vient d'être assassinée lors d'une réception et un jeune homme qui faisait le service est incarcéré. Dans les mois qui suivent, Marisol, une nouvelle, vient rejoindre le clan très sélect des bonnes de Beverly Hills. Cependant sa classe et son éducation font naître des soupçons sur sa véritable personnalité. A raison : c'est son fils qui a été injustement emprisonné, et elle est venue infiltrer ce clan de bonnes pour essayer de glaner le maximum d'informations afin de prouver son innocence !

Devious Maids

Mon avis :

Délicieux comme un thé avec ses petits gâteaux ! Ces bonnes sont vives, drôles, elles n'ont pas leurs langues dans la poche pour décortiquer les petites manies et travers de leurs employeurs, lors de leurs rencontres. Elles sont souvent le soutien inattendu des membres bien fragiles ou dévoyés de ces richissimes familles. Mais leur loyauté est forte, malgré le peu d'estime qu'elles rencontrent parfois, il va falloir à Marisol beaucoup de patience et d'ingéniosité pour leur tirer les vers du nez... 

Ne soyez pas choqués par le terme de "bonnes" car dans cette série pas de faux semblant, on emploie les mots sans détour. Chacune des bonnes a une personnalité forte et singulière, on pourrait peut-être trouver ça caricatural, moi je les trouve tout simplement irrésistibles ! Certaines scènes sont franchement hilarantes. Les riches patrons sont tour à tour gluants, odieux, indifférents, fragiles, attachants. Le casting est parfait et laisse à chacun de petits moments pour révéler sa personnalité. Ces patrons supposément éduqués font surtout étalage de leur fortune écoeurante et cachent mal leurs secrets souvent honteux. Les bonnes apportent à ces portraits des touches de fraîcheur et de sincérité dont ils seraient avisés de s'inspirer ! 

Quelques informations :

Série US de Marc Cherry, lancée en 2013, quatre saisons.

Cette série est actuellement diffusée sur Prime Vidéo. Vous pouvez aussi la trouver en streaming (bien entendu légal) sur plusieurs sites.

Bande-annonce 

Les actrices, de gauche à droite :

Devious maids 2

Ana Ortiz ( Marisol ), Dania Ramirez (Rosie), Roselyn Sanchez (Carmen), Edy Ganem (Valentina), Judy Reyes (Zoila).

chatordi

Pour motiver le p'tit chat Loucat qui vous a concocté cet article, ne partez pas sans écrire un commentaire...  

Posté par Loucat à 17:33 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 février 2019

Blog en pause

New York 2

 Adieu, mon cousin, mon frère... 

Posté par Loucat à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 février 2019

Roman : "Sois sage, Reine-May"

Lorsque Sue-Ricette m'a proposé de recevoir ce livre, après que je lui aie envoyé un commentaire positif sur sa chronique, j'ai tout de suite accepté. J'ai reçu ce livre dédicacé par Colline Hoarau elle-même. 

Résumé à ma façon :

Reine-May a neuf ans quand elle arrive en France. Réunionnaise, elle vient d'être adoptée par un couple breton. Elle s'installe dans le petit village de Sainte-Tréphine. Elle apprend les paysages, la langue, les gens avec bonheur et curiosité. Mais quelques années plus tard, elle reçoit une lettre lui demandant de revenir à la Réunion après la mort de sa mère, pour régler ses affaires. Le lourd secret qu'elle porte depuis son enfance, qu'elle évoque par petites touches, va-t-il être dévoilé ?

Sois sage Reine-May

Mon avis :

J'ai lu ce court récit avec curiosité, l'aventure de Reine-May ayant en moi des résonnances personnelles particulières.

Reine-May est totalement déracinée, puisqu'elle arrive déjà grande de la Réunion pour rencontrer sa famille adoptive en Bretagne. Pourtant, elle découvre la Bretagne avec les yeux et le coeur grands ouverts. Elle note tous les détails, compare, analyse. Cela nous permet de voir à travers ses yeux les paysages, les saisons, les particularités régionales. Puis elle repart dans ses souvenirs, à la Réunion, et nous voici découvrant les odeurs, les bruits, les couleurs de son île. Au cours de son récit, elle distille des éléments de son histoire : ses relations houleuses avec ses nouveaux camarades, d'où s'ensuit sa prise de conscience du regard posé sur sa couleur de peau, les conséquences que cela occasionne. Puis vient le souvenir de sa grand-mère, de sa mère qui l'a abandonnée. Quand elle est rappelée à la Réunion par sa tante, après la mort de sa mère, c'est le secret qu'elle cache depuis son arrivée en France qui refait surface.

J'ai été désarçonnée au début de ma lecture par les phrases courtes de l'auteur, son utilisation particulière des temps de conjugaison. Cependant tout cela marque l'individualité de Reine-May, sa tenacité et son optimisme face à la vie, alors qu'elle cache en elle un si lourd secret.

J'ai particulièrement apprécié la manière de Colline Hoarau de décrire les paysages bretons et réunionnais. En quelques mots, elle dessine parfaitement les lieux, les personnes, les couleurs. On se sent immergé dans les souvenirs de Reine-May, on apprend à la connaître par ces descriptions qu'elle pense anodines, alors que cela nous parle d'elle. 

Au final, ce livre qui m'a sortie de mon style de lecture habituel a été une bonne surprise. Ce court récit se dévore vite mais persiste longtemps dans les souvenirs. Je vous le recommande !

Quelques infos :

Publié en 2016 aux Editions Dédicaces, 126 pages. C'est le troisième livre de Colline Hoarau.

challenge-voix-autrices-2019-2b

Avec ce livre, je valide deux items du Challenge lancé par Arcanes Ouvertes : "un livre qu'on m'a offert" et "un livre dont le personnage principal est une femme" (Compteur d'items : 6/50).

Chers lecteurs, pour encourager le p'tit chat Loucat qui vous a conconcté cet article, ne partez pas sans mettre un commentaire...

 

Posté par Loucat à 15:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 février 2019

Série : "The Crown"

Après avoir regardé récemment le film très primé "Le discours d'un roi", j'ai proposé à mon chéri de regarder "The Crown" qui raconte l'accession au pouvoir de l'actuelle reine d'Angleterre. Sachant que mon homme n'est pas du tout fan des films historiques, ce n'était pas gagné ? Eh bien si !

Mon avis :

the crown

Cette série tout à fait passionnante est basée sur la vie d'Elisabeth II, l'actuelle reine d'Angleterre, couronnée en 1952 à 25 ans. En se focalisant sur les premières années de son règne, durant les années 50 et 60, la série retrace des moments forts, en pratiquant parfois des retours dans le passé qui éclairent le présent. Loin des fastes et du clinquant de la cour que l'on pourrait imaginer, nous voilà dans l'intimité de la famille royale, mais aussi du gouvernement. Les grandes crises nationales ou mondiales sont évoquées.

Je suppose que beaucoup de passages sont romancés, mais l'on découvre ses relations touchantes avec Churchill, celle tumultueuse et romantique de sa soeur Margaret avec un homme marié. Mais surtout la relation douloureuse avec Philip son époux, totalement bouleversée par son accession au pouvoir.

Cette jeune femme dont la seule ambition est d'être une bonne épouse et une mère comblée se voit propulsée sans préparation dans la royauté. D'une timidité quasi maladive, souffrant d'une faible estime de soi, elle affronte avec dignité le sort qui est le sien. La dignité et la connaissance parfaite de la Constitution, c'est tout ce qui lui a été enseigné. Elle décide de progresser, d'apprendre, mais aussi d'imposer peu à peu sa volonté. 

Elisabeth

J'ai été sidérée par la manière dont ses proches méprisent cette jeune femme à l'intellect qu'ils croient limité, la plongeant dans une solitude certaine. Finalement rien ne fait envie dans la vie de princesse puis de reine ! Tout est convenu, enfermé dans des règles ou coutumes. Le moindre des gestes de la famille royale est épié, et même carrément contraint par le Gouvernement. C'est en premier lieu Philip qui fait les frais de ce conformisme, passant de mari dominateur à Prince Consort, toujours quelques pas en arrière, avec déchirement. Claire Foy est sidérante dans son rôle, passant de la fragilité à la force, avec justesse et sincérité. Matt Smith qui incarne Philip fait tout passer par son regard et ses postures.

Philipp

L'aspect politique des relations de la reine avec son gouvernement, son rôle de représentation de l'Etat, sont parfaitement clairs et réellement passionnants.

Le créateur de cette série, Peter Morgan, souhaite balayer le règne d'Elisabeth II avec des focus par périodes de 10 ans. Ainsi la saison 3 verra le départ de Claire Foy et Matt Smith, remplacés par des acteurs plus âgés - je vous en parlerai dans quelques mois.

Même si le rythme est parfois lent, avec des passages insistants sur les regards, je vous recommande chaudement cette excellente série. Bonus : le magnifique générique, à admirer !

Bande-annonce: 

THE CROWN (Série Netflix, 2016) - Bande Annonce VF / FilmsActu

Quelques infos :

Série US de Peter Morgan et Stephen Daldry, 2017.

Les acteurs et leux royaux modèles :

the-crow-the-royals

Claire Foy (la reine Elisabeth II) a obtenu pour son rôle en 2017 le Golden Globe de la Meilleure Actrice dans un rôle dramatique et en 2018 l'Emmy Award de la Meilleure Actrice dans une Série Dramatique. Matt Smith (Philip Mountbatten) a été l'un des plus célèbres interprètes de Doctor Who.

A noter, l'interpétation incarnée de Churchill par John Lithgow :

the-crown Churchill

et celle de Margaret par Vanessa Kirby, tout à fait flamboyante. 

582925-the-crown-saison-2-margareth-se-rebell-950x0-2

Pour motiver le p'tit chat Loucat qui vous a concocté cet article, ne partez pas sans écrire un commentaire... 

Posté par Loucat à 18:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 février 2019

Roman : "La servante écarlate"

Résumé à ma façon :

La-servante-ecarlate

Dans sa petite chambre, Defred essaie de combler le vide absolu de son quotidien en laissant filer ses pensées. Petit à petit, elle dévoile ce qui lui est arrivé avant qu'elle soit au service du Commandant et de sa femme et raconte son "travail" très particulier. En effet, dans une amérique post apocalyptique proche, la République de Gilead fondée par des fanatiques religieux essaie de lutter contre la chute dramatique de la fécondité en créant le corps des "Servantes écarlates", composé de femmes encore fertiles, à qui l'on a volé même leur nom. Defred essaie de reconstituer son passé, quand elle était une personne indépendante qui avait des droits, comme celui de travailler ou de lire. Peu à peu, des choses changent autour d'elle, alors qu'elle tente de résister à sa manière à la contrainte qui lui est imposée.

Mon avis:

Un livre très déroutant, difficile d'abord, passionnant ensuite !

Le récit à la première personne nous immerge totalement dans le monde dystopique de Defred. Après avoir connu une vie de femme indépendante, amoureuse, puis de maman heureuse, son monde bascule du jour au lendemain. Que s'est-il passé ? Nous le découvrons au fur et à mesure. Defred se livre par bribes. Le récit commence comme un amas d'images, de pensées, de sensations éparses, voire incohérentes. Réalité, imagination ? Dans sa tête, la jeune femme laisse filer ses pensées et nous les relate sans les expliciter, comme un flot qui la traverserait par flashs. C'est très bizarre et déstabilisant, d'autant que pendant les premiers chapitres, il ne se passe rien. Elle attend, dans le vide absolu de sa chambre, puis, comprend-on très vite, de sa vie.

Il y a des passages très durs, d'autant plus crus et cruels que nous avons noué un lien presque intime avec Defred.

J'ai lu ce drame - c'est est un - comme le spectre de ce qui pourrait se passer si toutes les idées dites féministes étaient bafouées d'un coup. Quand Trump a mené campagne aux USA, il n'a eu de cesse de rejeter publiquement les droits des femmes : avortement, contraception, indépendance financière... Il a usé de tous les arguments les plus mysogynes et grossiers pour décrier la moitié de sa population. Sans cesse durant ma lecture, j'ai entendu la voix de Defred en contrepoint de sa voix éructante, nous racontant ce qui se passerait dans un monde si pollué que les enfants deviendraient la plus rare des denrées : en viendrait-on à organiser un système de servantes d'état qui seraient contraintes de se laisser inséminer in vivo en contrepartie de leur vie sauve ? 

La fin quasi inachevée laisse place à l'imagination du lecteur... avant qu'il n'entame l'épilogue, très surprenant - mais je dois dire que j'ai préféré la première fin !

En conclusion, c'est véritablement un livre qui peut se lire à divers niveaux, soit comme un drame d'anticipation à dimension politique, soit comme un récit imaginaire d'une force poignante. Je vous le recommande absolument.

Quelques infos :

Ce livre publié en 1985 a été vendu à des millions d'exemplaires, puis a rencontré un succès retentissant lors de son adaptation à l'écran sous forme de série. La saison 1 a eu tant de succès qu'une saison 3 est en cours de diffusion aux USA, alors que la saison 1 a été diffusée seulement fin 2018 en France.

La servante écarlate série

Publication Pavillon Poche (11,50€)

challenge-voix-autrices-2019-2b

Je participe à ce challenge lancé par Arcanes Ouvertes qui consiste à lire du 1er janvier au 31 décembre le maximun de livres écrits par des femmes, en complétant une liste de 50 items. Pour plus d'explications j'en parle ici. En tant "qu'exploratrice" je peux valider plusieurs items par livre. Avec "La servante écarlate", je valide "Dystopie" et "un roman adapté en série" (Compteur d'items : 4/50) 

Posté par Loucat à 20:08 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,