De pages en séries

07 décembre 2016

"Un si beau soleil pour mourir"

Résumé à ma façon :

Un couple de jeunes mariés en lune de miel est assassiné dans une île des Caraïbes. Le père du jeune homme sollicite l'agent du FBI John O'Hara, récemment suspendu, pour qu'il enquête sur ce meurtre. O'Hara est ravagé par le décès de sa femme, survenu trois ans auparavant, dont le coupable va sortir de prison après une peine qu'il juge trop courte. Submergé par un désir de vengeance irrépressible, il se lance à corps perdu dans cette enquête, les meurtres de jeunes mariés se reproduisant à d'autres endroits du globe. Mais il découvre au cours de ses recherches qu'il est devenu lui-même la cible d'un autre tueur en série... 

Un si beau soleil

Mon avis :

Les romans de James Patterson ont un rythme unique : les chapitres sont très courts, l'intrigue s'en trouve agréablement accélérée. Nous voici entraînés ici dans un tourbillon d'aventures, poursuites, recherches, suivant pas à pas l'enquête de l'agent O'Hara.

Peu à peu, l'enquête de John se dédouble, puisqu'une autre agente du FBI poursuit de son côté le meurtrier qui a pris O'Hara pour cible ! Une intrigue surprenante, qui passionne par ses ramifications.

Il y a sûrement à redire au fait que James Patterson produise un si grand nombre de thrillers, mais pour ma part je ne boude pas mon plaisir : ses enquêtes sont toujours efficaces et divertissantes, le cinéma ne s'y est pas trompé puisque grand nombre de ses opus ont été mis en scène, dans des films à grand succès ("Alex Cross", "Le collectionneur", "Le masque de l'araignée"). J'ai dévoré ce thriller en quelques jours, avec un grand plaisir.

Quelques informations :

Thriller paru en 2015 aux éditions de L'Archipel.

Prix indicatif : broché 22 €, en e-book 15,99 €

Pour lire le début, cliquez ICI.

Posté par Loucat à 12:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


29 novembre 2016

"Murder" saison 2

Vous allez dire que je ne vous parle que de meurtre... mais c'est la programmation des chaînes qui m'amène à vous présenter cette série.

Affiche Murder

Synopsis à ma façon :

Annalise Keating (Viola Davis) est avocate et professeure de droit. En parallèle de ses cours, elle assiste des clients, secondée par un petit groupe d'élèves. En plus des cas résolus dans chaque épisode, une autre affaire sert de fil rouge à l'ensemble des épisodes de la saison. La saison 1 était centrée sur le meurtre d'une jeune étudiante, dont on découvrait peu à peu qu'il concernait tous les jeunes choisis par Annelise, et l'avocate elle-même. La saison 2 tourne autour du meurtre de la petite amie de l'un de ses étudiants.

Mon avis :

Pour bien prendre pied dans cette série, il faut aimer les films et séries "de prétoire" dont les américains sont les spécialistes. Ceci s'explique aussi par leur système judiciaire accusatoire, qui fonctionne à l'inverse du nôtre (et occasionne par ailleurs tant d'erreurs judiciaires). En effet, aux USA, c'est la défense qui a la charge de prouver son innocence, ce qui occasionne des frais ingérables pour beaucoup. La liberté dépend alors de la capacité de l'avocat à mener une enquête précise et efficace... d'où l'utilité de la petite équipe montée par Annelise.

Tous les ans, celle-ci choisit parmi ses élèves ceux qu'elle estime être les plus prometteurs, qui vont travailler bénévolement à ses côtés sur les cas difficiles qu'elle choisit de défendre, qui sont également étudiés pendant ses cours et lui servent à éclairer son enseignement. L'idée de départ de la série est très prometteuse et originale ! Car l'on voit le système fonctionner de l'intérieur, l'enquête est menée par des jeunes qui se questionnent et se confrontent au réel.

Murder l'équipe

Attention cependant : la série est très loin d'être édulcorée et recèle des images souvent crues (des scènes de sexe super exaspérantes qui n'ont aucun intérêt pour l'histoire) et des enquêtes éprouvantes.

La saison 1 m'avait beaucoup plu. Il faut cependant accepter le principe des flashbacks qui coupent le rythme de l'action et nous "perdent" parfois, puisque la série avance parallèlement sur les enquêtes pour défendre les clients, et sur l'enquête qui concerne uniquement le groupe. Je n'ai pas du tout visionné cette saison, que je découvrirai en même temps que vous, alors je ne peux pas vous en dire plus !

Les acteurs sont épatants, surtout Annalise elle-même qui passe de l'avocate impitoyable à la femme fragile en un instant. Les jeunes acteurs qui l'entourent sont vraiment formidables également.

L'image est sombre, à l'égal de cette série qui plonge dans le secret de ses personnages.

Les acteurs :

Viola Davis joue le rôle d'Annalise Keating. Nous l'avons déjà vue dans "La couleur des sentiments" pour lequel elle a reçu un Oscar. Elle a obtenu un Emmy Awards pour son rôle dans Murder. Ella a joué dans 55 films et 22 séries ! telles que "New-York Unité Spéciale", "FBI : porté disparu", "Les experts"...

Murder Annalise

Alfred Enoch dans le rôle de Wes Gibbins, l'élève préféré d'Annalise :

Murder Wes

Jack Falahee est Connor, , Aja Naomi King est Michaela, Matt Mc Gorry joue le rôle d'Asher.

Quelques informations :

Série US créée par Peter Nowalk. Elle s'appelle en réalité "How to get away for murder", ce qui pourrait se traduire par : "Comment se sortir d'un meurtre".

Résumé en images de la saison 1 pour ceux qui ne l'ont pas vue (en anglais cependant)

Diffusion le jeudi à partir de 21 heures. Diffusion délirante, 5 épisodes d'un coup ! Moi j'ai déjà du mal avec 3... prévoyez vos enregistreurs.

Posté par Loucat à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 novembre 2016

"The killing" : une série prenante

Voilà encore une série "Netflix", elles ont toujours une patte particulière, et une ambiance insolite.

The-Killing-US-Saison-1

Synopsis à ma façon :

Les deux premières saisons de cette série relatent l'enquête menée par Sarah Linden (Mireille Enos) et son collègue Stephen Holder (Joel Kinnaman), après le meurtre de Rosie, une jeune fille issue d'une famille en apparence sans souci. Cependant Rosie était une jeune fille pleine de secrets. En essayant de déméler l'écheveau, les deux lieutenants vont faire surgir peu à peu les faux-pas, les secrets honteux, les erreurs de chacun, victimes et politiciens, mais également les leurs. Leur enquête déjà difficile, tant par la jeunesse de la victime, que par les pistes brouillées qu'ils suivent, est vite empêchée par leurs supérieurs, qui essaient de protéger... mais qui donc ?

Mon avis :

La série est filmée au rythme d'un épisode par journée. C'est un rythme inédit, déjà utilisé dans l'excellent série britannique "Brodchurch". Cela laisse aux scénaristes le temps de planter le décor, de s'intéresser en profondeur aux divers personnages, de fouiller les intrigues. Ainsi, nous vivons sur un temps allongé les éléments de l'enquête, les diverses pistes suivies par le duo d'enquêteurs. Nous avons le temps de nous questionner avec eux, d'émettre aussi des hypothèses, de nous attacher aux personnages, l'histoire étant quasi-documentaire. 

Les meurtres d'enfants et de jeunes sont particulièrement éprouvants au cinéma. Ici, on découvre peu à peu des éléments de l'enquête, cachés aux parents volontairement ou non par les deux lieutenants, qui essaient de les épargner dans une certaine mesure. Ils rencontrent surtout des difficultés extrêmes à avancer dans leurs enquête : disparition de preuves, mise à l'écart par leur hiérarchie, voire même à un moment, totale exclusion de leur poste.

On comprend assez vite que quelqu'un tire les ficelles, et que la municipalité est compromise. D'autant qu'une réserve indienne toute proche leur opppose un territoire interdit d'enquête, qui semble cependant être le lieu du meurtre, puisque tout y ramène...

La série est tournée à Seattle, tout ce qu'on peut dire de cette ville, c'est que si elle est telle que décrite ici, cela ne fait pas envie ! Froid, pluie battante, grisaille... la ville toute entière est au diapason de la tristesse lourde qui accompagne chacun des personnages.

Les acteurs sont exceptionnels avec de véritables "gueules", surtout les deux personnages principaux ainsi que le père de Rosie (Brent Sexton), que nous avons souvent vu dans des rôles secondaires. Nous connaissons leur quotidien, leurs faiblesses, leurs tragédies parfois, ce qui les rend terriblement attachants. Pas de chichis dans l'habillage, Holder parvient même à donner à l'écran la sensation de malaise que ressent sa collègue, tant il paraît négligé, limite SDF. Des personnages bien différents de ceux qu'on nous propose souvent.

Le scénario regorge de fausses-pistes, que nous suivons quasi-en temps réel, ce qui renforce cette sensation de documentaire dont je parlais plus haut.

Le final est bluffant, et retourne encore une fois tout ce que l'on croyait savoir...

En bref, je vous recommande chaudement cette série, que j'ai dévorée à un rythme soutenu, tant elle est passionnante.

Quelques infos :

Mireille Enos (Lieutenant Sarah Linden)

the_killing Linden

Joel Kinnaman (Lieutenant Stephen Holder)

The killing Holder

Brent Sexton (le père de Rosie)

The killing le père

Billie Campbell (le conseiller Richmond)

the-killing Richmond

Série US créée par Veena Sud, en 4 saisons, reprise par le site Netflix après l'annonce de son annulation par la chaîne AMC.

Diffusion sur Paris Première et sur Netflix.

Posté par Loucat à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 novembre 2016

"Sweet" : un roman sucré/amer

Sweet

Résumé à ma façon :

Lauren est invitée par sa copine Vivika, une riche héritière, à participer à une croisière de luxe, centrée sur l'amaigrissement prévu des passagers. En vedette, le Solu, un édulcorant aux propriété amaigrissantes stupéfiantes. Elle rencontre très vite Tom, une star du petit écran qu'elle adulait dans son enfance, devenu animateur de la croisière et chargé de promouvoir le Solu. Mais aussi d'autres personnalités surprenantes, de l'irritante Sabbie la chanteuse star à Jaideep, l'un des membres du personnel embauché pour l'occasion. Hélas, Lauren est victime du mal de mer et refuse alors de prendre du Solu. Peu à peu, elle et Tom, chacun de son côté, constatent les propriétés inquiétantes de ce produit...

Mon avis : 

Ce roman clairement destiné aux jeunes, commence par une bluette pas trop passionnante, mais qui se laisse lire. Car le thème central - l'acceptation de son corps, l'image faussée de la maigreur ou de ses rondeurs supposées - est vraiment d'actualité, et fort bien traité ici.

Lauren est ronde, mais elle s'aime ainsi, et ne veut pas renoncer à ses rondeurs pour devenir "maigre et triste", comme elle le dit. En restant ainsi elle-même, elle fait des rencontres intéressantes, va même trouver l'amour, alors que tous autour d'elle sont emportés par la folie de la maigreur.

Soudain, le roman vire au cauchemar, alors qu'on ne s'y attend pas du tout. Je ne vais rien vous raconter pour ne pas vous gâcher le plaisir, si vous vous laissez tenter par ce livre sucré au départ mais finalement bien amer... J'ai beaucoup apprécié ce basculement radical d'une ambiance feutrée à une autre bien plus sombre.

A noter, le roman est écrit à deux voix, Lauren puis Tom devenant narrateur à tour de rôle, avec un point de vue différent.

Quelques infos :

Livre écrit par Emy Laybourne, édité chez Hachette Jeunesse. Il est tout récent, sorti en septembre 2016.

A mettre entre les mains de toutes les jeunes filles, surtout celles qui contrôlent leur poids de manière un peu trop stricte... et de leurs mères, qui y trouveront de bons arguments.

Broché 15,90 € - E-book : 10,99 € prix indicatif)

Posté par Loucat à 18:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

12 novembre 2016

"Lien fatal" : frissons garantis

J'ai repris la série des romans policiers de Tess Gerritsen, qui met en pages le duo d'enquêtrices Rizzoli et Isles.

Lien fatal

Résumé à ma façon :

Comme je vous le disais dans cet article, les romans et la série ont peu de choses en commun. Dans ce quatrième opus, c'est la légiste Maura Isles qui mène l'enquête. La voilà amenée à rechercher sa mère biologique, après le meurtre de sa soeur jumelle dont elle ignorait l'existence. Plus elle avance dans ses recherches, plus elle s'enfonce dans un climat poisseux de sang et de terreur. L'Inspecteur  Jane Rizzoli la seconde, avançant sur un terrain moins personnel, à la poursuite d'un tueur en série qui a commencé sa sinistre besogne plus de 40 années auparavant. Leurs deux enquêtes vont-elles finir par se rejoindre ?

 Mon avis :

Passionnant ! Tess Gerritsen est l'une de mes auteures préférées, dans le domaine des polars terrifiants. Elle nous fait approcher le plus noir de l'âme des meurtriers. Ici, nous voici dans du sordide, des meurtres de femmes enceintes. Dans quel but ? Je vous laisse le découvrir...

A ne pas lire seule, le soir, dans une maison isolée ! L'intrigue est originale, on avance sur les traces du meurtrier sans trop savoir où cela va nous mener. Il y a peut-être un peu moins de suspense que dans d'autres enquêtes de ce duo, mais l'enquête est si éprouvante que cela suffit. Je l'ai lue d'une traite, très vite, en laissant de côté mes autres lectures, séduite dès le premier chapitre. C'est là la patte unique de Terri Gerritsen !

Quelques infos :

Publié en poche, prix indicatif 7,80 €.

Posté par Loucat à 18:23 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 novembre 2016

"Poldark" : une série historique captivante

Affiche Poldark

Synopsis à ma façon :

Dans les années 1870, le capitaine Ross Poldark (Aidan Turner) revient en Cornouailles après avoir fait pendant deux ans la Guerre d'Indépendance américaine. Tous pensaient qu'il était mort alors qu'il ne donnait plus de nouvelles, après avoir été gravement blessé. Quand il arrive chez lui, son père est mort, la mine qu'il exploitait est fermée, il est ruiné. Avec courage, Ross prend en main la remise en culture de ses terres et le redémarrage de la mine, soutenu par les petites gens de son village à qui il donne du travail. En se rapprochant ainsi des pauvres gens, il met en rage son cousin Francis (Kyle Soller) et tous les gentilhommes des alentours, qui décident de barrer la route à ses ambitions.

 Mon avis :

Je suis tombée sur cette série tout à fait par hasard sur Netflix, pensant regarder un épisode d'une histoire sans intérêt. Eh bien non ! Avec grande surprise, j'ai découvert une histoire palpitante, ancrée dans l'histoire économique de l'époque, qui dépeint de manière très précise les relations sociales amenant la misère sur ce petit coin d'Angleterre. Ross Poldark est réellement un homme bon, qui rejette l'étiquette sociale au profit des relations humaines vraies et justes, surtout. Il ne supporte pas l'injustice et n'hésite pas à braver la loi et se mettre en danger pour défendre les petits, les faibles, les sans titres. Sa fierté le guide, parfois jusqu'aux extrêmes.

Poldark Ross et Demelza

Sa rencontre avec Demelza (Eleanor Tomlinson), une pauvre fille vendue comme une bête par sa famille, va bouleverser sa vie : leur amour flamboyant, franchement improbable au départ, va choquer tous ses proches mais lui ouvrir un avenir.

Les acteurs sont fantastiques, avec des visages peu connus mais inoubliables. Demelza est incroyable, nul ne peut résister à son charme !

Poldark Demelza

L'histoire est rythmée par une très belle musique, avec une mise en images léchée, totalement ancrée dans un terroir spectaculaire : falaises, mer en furie, landes couvertes de fleurs... qui soulignent les sentiments et la personnalité des personnages. Romantique ? Non, romanesque !

Quelques infos :

Série britannique créée par Debbie Horsfield, basée sur la saga en 13 tomes de Winston Graham, publiée entre 1945 et 2002 (un succès de la littérature britannique).

En recherchant des informations plus précises, j'ai pu constater que de nombreux spectateurs avaient ressenti la même surprise, découvrant une série passionnante et addictive derrière son aspect modeste. Cette série qui a un succès retentissant en Angleterre a propulsé la carrière de l'acteur Aidan Turner, devenu en quelques épisodes l'acteur choucou des britanniques. Il avait joué auparavant dans "Le Hobbit", il est à présent pressenti pour incarner le futur James Bond... à voir.

Poldark Ross

Pour vous faire envie, je vous propose la bande annonce : dommage car la musique y est "modernisée".

Et pour ceux que j'entends déjà rochonner parce que la série est sur Netflix, je vous rappelle que vous pouvez essayer le site pendant 1 mois gratuitement... Netflix est devenu un site incontournable pour les amateurs de séries, mais c'est aussi un grand producteur qui crée des films et séries très originaux... A aller voir au moins si vous êtes amateur (je n'ai pas d'actions !)

Posté par Loucat à 13:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 octobre 2016

"Miss Peregrine et les enfants particuliers" : fantastique !

Me voilà à jouer sur les mots, car ce roman est à classer dans la catégorie "histoire fantastique". Je viens d'achever le tome 1 de cette histoire vraiment passionnante juste au moment de sa sortie en film, dans une réalisation de Tim Burton, le maître visuel du fantastique.

Miss pérégrine T1

Résumé à ma façon :

Jacob a 16 ans. Son enfance a été bercée par les histoires fantastiques et terrifiantes de son grand-père. Celui-ci lui disait avoir passé son enfance sur une île, dans un orphelinat qui accueillait des enfants aux pouvoirs particuliers, traqués par des monstres et rejetés par leurs familles. Submergé par la peur et ses sentiments contradictoires, moqué par ses camarades, Jacob décide de cesser de croire à ces histoires et reprend le cours ennuyeux de sa vie. Mais un  jour, son grand-père l'appelle, pris de panique. Quand Jacob arrive sur place, il le découvre que le vieil homme s'est fait attaquer de manière effroyable, par un monstre que le jeune homme aperçoit dans l'obscurité. Dans un dernier souffle, son grand-père lui demande d'aller se mettre en sécurité sur l'île de son enfance. Jacob plonge dans un état de dépression, terrifié par le monstre entrevu et les étranges paroles du mourant, alors que tout son entourage est convaincu qu'il est devenu fou. Son psychiatre lui conseille de rejoindre l'île pour découvrir le passé de son grand-père et reprendre pied dans la réalité...

Mon avis :

L'histoire est mystérieuse, elle nous fait appréhender un univers parallèle dans lequel des personnes dotées de pouvoirs particuliers se réfugient et vivent, en-dehors du temps.

Jacob découvre la singularité de chacun, et le rôle que lui va devoir jouer entre les deux mondes. Le voici plongé dans un univers peuplé de monstres qui pourchassent ces êtres "particuliers".

Ce livre peut se lire à plusieurs niveaux, vous savez combien j'aime les histoires à tiroirs et les univers singuliers. On peut le lire comme une métaphore de la traque du peuple juif par les nazis, une image que l'auteur lui-même souligne en plaçant certains passages de l'histoire en 1940. On peut aussi le voir comme un conte initiatique destiné à passer de l'enfance à l'âge adulte, car Ransom Riggs décrit très bien le mal-être de l'adolescent et sa sensation d'être "différent". Finalement, le but obtenu est celui de la création d'un monde imaginaire plein d'angoisse, de frayeur, mais aussi d'espoir, d'aventure et d'amitié ! 

A noter, le livre est parsemé de clichés anciens (authentiques) qui illustrent l'histoire et nous plongent de manière plus intime dans le vécu des personnages. J'ai adoré !

L'écriture est belle, sans fioritures, et nous entraîne dans l'histoire sans nous perdre en chemin. Quand j'ai commencé à la lire, j'ai laissé mes autres lectures de côté pour m'immerger totalement dans cette histoire géniale.

Il me tarde d'attaquer le tome 2 et de voir comment les "enfants particuliers" vont poursuivre leurs aventures...

Miss Peregrine

Quelques informations :

Ce roman est un best-seller de la littérature young adult de ces dernières années. On le trouve en édition brochée à 15,90 €, en poche à 7,90 , en e-book à 6,99 € (prix neufs indicatifs). Il a été réédité récemment, après l'annonce de la mise en image par Tim Burton.

Mis Pérégrine film

L'origine du livre, décrite sur le site "Culturellement vôtre" :

Miss Pérégrine et les enfants particuliers était le tout premier roman de Ransom Riggs lorsque le tome 1 parut aux États-Unis en 2011. Au départ, le jeune auteur américain avait proposé à son éditeur de concevoir un livre de photographie basé sur de vieux clichés étranges du XIXe siècle dénichés dans des vide-greniers. Celui-ci lui suggéra alors de s’appuyer sur ces photos pour imaginer une histoire, ce qu’il fit. 

Bonne lecture !

Posté par Loucat à 19:37 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 octobre 2016

"Afterworlds" : une histoire à tiroirs

En ce moment je lis 5 livres très différents en même temps , du coup j'en finis peu ! Je vais donc vous parler de "débuts", dans les semaines qui viennent ...

afterworlds

Résumé à ma façon :

Darcy est écrivaine. Elle a écrit la maquette de son premier roman qui a été validée par une maison d'édition, et a déjà reçu commande pour le second. Mais à présent, elle doit réécrire l'ensemble de son histoire, avec les conseils et le soutien de son éditeur. Pour cela, elle décide de quitter sa famille le temps de la réécriture, au lieu d'aller à l'Université. Elle découvre à la fois l'indépendance et la dure réalité du métier qu'elle a choisi. Ses réflexions sur le métier et ses rencontres avec d'autres jeunes écrivains vont influencer son écriture.

Son double, Lizzie, vit dans son roman. Elle découvre de manière très violente qu'elle est un psychopompe, c'est à dire une personne capable de rentrer dans le monde des morts et de communiquer avec eux, de guider leurs âmes vers l'autre monde. Dans l'Afterworlds, un monde parallèle entre la vie et la mort, elle croise Yamaraj, un dieu de la mythologie indoue particulièrement séduisant, qui lui révèle son pouvoir de passeur des âmes. Elle fait la stupéfiante rencontre de Mindy, décédée lorsqu'elle avait 11 ans, l'ancienne amie de sa mère dont celle-ci ne lui avait jamais parlé. Ce fantôme resté enfant la guide dans ce monde parallèle.

Mon avis :

Le premier chapitre nous plonge dans l'histoire de Lizzie, sa violente découverte de ses pouvoirs après avoir échappé à la mort. Un chapitre très dur, qui nous plonge directement au coeur d'une attaque terroriste - hélas devenue un sujet brûlant.

Le chapitre suivant nous fait revenir dans la réalité, avec la découverte que ce que nous venons de lire est en fait le premier chapitre du roman de Darcy, celui qui a décidé de son avenir d'écrivain. Cette alternance de chapitres se poursuit tout le long du roman : au fur et à mesure que Darcy mûrit, s'installe dans sa nouvelle vie, fait des rencontres, cela influence son écriture. Ce livre est quasiment un essai de style, une réflexion sur le travail de l'écrivain : comment il trouve son inspiration, la nécessaire réécriture du premier jet, les méandres de l'édition... C'est la partie la plus passionnante du roman.

L'histoire "inventée dans l'histoire" m'a moins séduite : même si la découverte par Lizzie de l'Afterworlds est fascinante, curieusement c'est la confrontation de Darcy avec la réalité qui m'intéresse le plus.

Comme je vous l'ai dit au début de cet article, je n'ai pas fini ce roman, j'en suis à peu près au tiers de ma lecture. Alors je ne peux pas vous donner mon avis sur la suite, juste l'envie d'entrer dans ce livre et de le découvrir.

Quelques infos :

Scott Westerfeld est l'auteur de la série "Uglies" dont je vous ai déjà parlé ICI. "Afterworlds" est un livre "young adults", bien destiné à ce public : à offrir à vos jeunes !

On trouve ce livre en version brochée, poche et e-book : il n'est pas difficile de se le procurer.

Posté par Loucat à 12:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 octobre 2016

"Blindspot" : action et suspense

Voilà une série originale, que j'avais envie de vous présenter. 

Blindspot Affiche

Synopsis à ma façon :

Jane (Jaimie Alexander) renait à la vie dans un sac de sport. Elle n'a plus aucun souvenir de son ancienne vie, mais tout son corps est tatoué de manière extrêmement bizarre. Elle est confiée à une équipe spéciale du FBI, menée par Kurt Weller (Sullivan Stapleton), dont le nom est tatoué dans le dos de la jeune femme. Appelée Jane Doe, le nom donné aux inconnus aux USA, la jeune femme essaie de reprendre pied dans la vie. L'analyse de l'un des tatouages amène l'équipe qui l'étudie à résoudre une première enquête, au cours de laquelle Jane montre des compétences très développées en tir et close combat. Elle s'avère être un agent des navy seals, donc un commando de marine. Mais impossible de découvrir son identité ni de comprendre quelle est l'origine et le but de ses tatouages.

Jane renait Blindspot

Au fil des épisodes, Jane intègre l'équipe de manière officielle, et chacun de ses tatouages amène à élucider des enquêtes.

Mon avis :

J'étais un peu partagée au début, mais je dois dire qu'à présent cette série est devenue l'un de mes bons rendez vous de la semaine. Il y a beaucoup d'action, les enquêtes sont originales, basées sur la corruption de personnes haut placées ou avec des responsabilités importantes, y compris dans la police ou l'administration. L'enquête avance en parallèle sur l'identité de Jane, les raisons de ses tatouages. Une question se pose de manière de plus en plus lancinante : comment Jane peut-elle avoir sur son corps des indices de faits qui ne se sont pas encore produits ?

Petit plaisir perso, je suis totalement fascinée par le générique, magnifique et hyper graphique. Les acteurs sont convaincants, ils assument pleinement leurs rôles très physiques, et on nous présente enfin de nouveaux visages. 

Diffusion le mardi à partir de 20h55 sur TF1, 3 épisodes. Demain seront diffusés les épisodes 10 à 12. Les premiers épisodes sont encore disponibles en replay, je vous mets un lien vers l'épisode 1, cliquez ICI.

Posté par Loucat à 14:24 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 septembre 2016

"The lying game" : un thriller palpitant

Résumé à ma façon :

The lying game

Emma a été abandonnée par sa mère à 5 ans. Depuis, elle erre de foyer en famille d'accueil, avec la ferme intention de réussir sa vie malgré tout. Mais voilà qu'un jour, juste avant ses 18 ans, elle reçoit sur sa page Facebook une nouvelle incroyable : sa jumelle à qui elle ressemble comme deux gouttes d'eau et dont elle ignorait l'existence souhaite la rencontrer. Elle part immédiatement à sa rencontre, et arrive en Arizona où elle ne connait personne. Elle est immédiatement aspirée dans un tourbillon de situations bizarres et effrayantes, dont elle découvre rapidement qu'il s'agit de farces assez peu amusantes, "le jeu du mensonge". Curieusement, toutes les personnes qu'elle rencontre la prennent pour sa jumelle Sutton. Elle reçoit un message terrifiant, lui expliquant que celle-ci est morte et que le même sort l'attend si elle refuse de continuer à se faire passer pour elle.

Bien malgré elle, Emma se voit obligée de se couler dans la vie de Sutton, jusque dans son intimité amicale et familiale. Elle décide alors de mener l'enquête sur la mort de sa soeur, puisque personne ne sait seulement que celle-ci a été assassinée...

Mon avis :

Sara Shepard a écrit plusieurs histoires sur le thème des jeunes et du mensonge. C'est elle qui a créé la saga "les menteuses" dont une série à grand succès pour les jeunes est issue.

Bien sûr "The lying game" (Le jeu du mensonge) est un roman "young adults" mais vous savez que j'attache assez peu d'importance aux divers classements des livres, dans la mesure où ils sont bien écrits et nous offrent une bonne histoire.

Franchement je peux dire que Sara Shepard est une maîtresse du genre : nous voici plongés en même temps qu'Emma dans un monde dont elle ignore tout : elle se découvre une famille aimante, une soeur, des amies, des amoureux, elle qui vivait dans un monde triste et solitaire. Elle passe aussi d'un état de semi-misère à un monde de facilité et de luxe. Il est tout à son honneur de ne pas succomber à la facilité en se contentant de prendre ce qui lui est offert, sans se poser de questions. Au contraire, en découvrant que sa soeur était un personnage fort peu sympathique, elle essaie peu à peu de réparer ses torts, tout en menant l'enquête.

Cela nous offre des séances très drôles, quand ses deux mondes se percutent, et qu'elle découvre le luxe, sans oser en profiter. Mais aussi quand ses réactions sont à l'opposées de celles de sa soeur, et qu'elle doit essayer de rattraper ses bourdes. Ou bien quand de parfaits inconnus viennent lui raconter des aventures dont elle ignore tout, ou lui demander des comptes sur elle ne sait quoi !

Au cours des 6 titres de la saga, Emma va passer par de sacrées phases de doute, éliminant les suspects de son entourage un à un, jusqu'à un final bien surprenant !

J'ai dévoré tous les tomes dans l'été, à toute vitesse : on se régale sans s'ennuyer, même s'il ya parfois quelques longueurs ou invraisemblances.

Quelques informations :

On trouve "The Lying game" Tome 1 en version papier broché (16 €) ou e-book (11,99€). Ce sont des prix indicatifs bien entendu. 

Posté par Loucat à 15:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,