De pages en séries

23 juin 2021

LUPIN

Cette série française a un succès énorme - c'est rare. Alors, il est temps de vous donner mon avis.

Synopsis à ma façon :

 

Lupin

Assane Diop (Omar Sy) vit en marge de la société. Voleur et arnaqueur de haut vol, il détrousse ses victimes avec le sourire, sans violence et avec élégance. Il change de personnage, endosse les identités des invisibles de notre société ou bien agit en toute lumière, selon les situations. Avec humour, il s'identifie à Arsène Lupin dont il connait toutes les aventures par coeur, avec la complicité de Benjamin (Antoine Gouy). Il initie peu à peu son fils à cette passion, sous l'oeil bienveillant de son ex-femme Claire (Ludivine Sagnier).  

Mais son passé est sous-tendu par une injustice qu'il tente de réparer : son père a été condamné à la place du magnat Hubert Pellegrini (Hervé Pierre), escroc et assassin au besoin. Il va monter toute une machination pour le faire tomber, tout en fuyant ses hommes de main.

Mon avis :

La première partie de cette courte série est absolument jouissive. C'est un pur bonheur de voir Omar Sy passer d'un personnage à l'autre, se cacher en se mettant en pleine lumière. Son côté sympathique et son bagout jouent à fond pour en mettre plein la vue de ses victimes, qui se font voler en toute confiance. 

On rit beaucoup devant son culot, la brillance de ses coups. Tout lui semble être un jeu, à tel point que Claire, son âme-soeur, a fini par le quitter, lasse de ne pouvoir compter sur cet homme insaisissable et malhonnête.

lupin_dans_lombre_darsene

Pourtant il ne peut renoncer à son rôle, qu'il a passé presque toute sa vie à peaufiner. Les flashbacks fréquents permettent de mieux comprendre le passé des divers personnages.

En adversaire tenace, Hervé Pierre est gluant à souhait. Il manipule, ment, escroque, assassine sans se salir les mains. Il n'hésite pas à mouiller sa famille et ses proches pour s'en sortir, passant d'une faillite à l'autre sans se faire prendre.

Certaines scènes sont un peu grosses, mais Assane s'en sort toujours, comme le spectateur le souhaite ! Il vole les riches et c'est jouissif, même si c'est malhonnête... Comme le faisait Lupin.

Alors, après notre enthousiasme familial, nous avons attendu la deuxième saison (ou partie) avec impatience.

Et là, relative déception. Le grand spectacle est toujours là, les scènes d'action aussi. Mais on se retrouve dans un mix entre Mission Impossible pour son côté technologie de pointe, et Ocean's Eleven pour le scénario.

Cette saison se centre sur la vengeance d'Assane et les échanges de mauvais coups avec son ennemi Pellegrini.

Or, ce qui nous a éclatés dans la première saison, c'est l'humour de ce Lupin des temps modernes et ses escroqueries diverses et variées. Et cela manque dans cette deuxième partie - la série est organisée en deux parties de 5 épisodes.

Cependant, je pense qu'il ne faut pas renoncer à regarder cette série, car elle a de belles qualités.  Elle en met plein la vue, avec son casting 4 étoiles, ses moyens évidents, ses belles scènes d'action. On pourrait lui reprocher certaines facilités, telles que la visite de Paris by Night telle que l'imaginent les américains - c'est une série mixte France / USA. Mais pourquoi bouder son bonheur, devant le succès mondial de cette série ? Pour une fois, on peut juste être heureux de cette réussite et se régaler devant ce super spectacle.

On ne sait pas encore s'il y aura une troisième saison. C'est à espérer, pour clôre cette belle initiative avec panache, tel celui d'un Lupin au top de sa forme.

Quelques infos :

 Lupin est une série Franco américaine Netflix, créée par Georges Kay. Deux saisons de 5 épisodes.

Teaser (plus représentatif que la bande-annonce) :

 Amis lecteurs, merci de me laisser un petit commentaire !

Posté par Loucat à 12:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 juin 2021

Le jeu de la dame

le jeu de la dame

Synopsis à ma façon :

Dans les années cinquante, Elisabeth Harmon ( Anya Taylor-Joy) se retrouve orpheline à 8 ans d'une mère célibataire. Elle est envoyée dans un orphelinat dans lequel la directrice tente de développer les capacités de ses pensionnaires. Elle y apprend en secret à jouer aux échecs avec le gardien. Après son adoption à 13 ans par un couple désuni, ses dons se développent avec l'aide de sa mère Alma (Marielle Heller) et elle participe peu à peu à de nombreuses compétitions. Mais elle souffre d'addictions et va devoir les combattre afin d'atteindre son but : devenir championne du monde d'échecs.

Mon avis :

Cette série a eu beaucoup de succès, à tel point que le jeu d'échecs a connu un succès énorme pendant les derniers confinements ! Cela m'a fait envie, alors que je n'ai jamais été attirée par ce jeu.

J'étais curieuse de voir comment le réalisateur allait pouvoir rendre la tension et la réflexion lors des parties, qui pour la plupart durent en réalité plusieurs heures, afin de les résumer en quelques minutes. D'ailleurs à plusieurs reprises pendant la série, les joueurs font des pauses pour se reposer. Il a pris le partie de faire des plans  serrés sur les visages, mêlés à des aperçus du public. C'est dire s'il lui fallait des acteurs au jeu expressif. L'actrice Anya Taylor-Joy est parfaite dans ce rôle, la plupart des émotions transparaissent sur son visage, puisqu'elle parle relativement peu, en-dehors de ses échanges avec d'autres joueurs. Ce qui rend d'autant plus frappants les moments où elle exprime des opinions ou des sentiments.

La série est courte, en 7 épisodes, et s'étale sur la période de 8 à 22 ans de Beth Harmon. Le début est prenant, on s'intéresse vite à Beth qui est pourtant une jeune fille quasi mutique, réfugiée dans un monde fermé où nul ne peut entrer ni la faire souffrir. Son parcours de femme dans un milieu d'homme surprend et choque à cette époque.

Mais vers le milieu de la série, j'ai commencé à me sentir frustrée : à force d'insister sur la force de la jeune fille, sa manière de vivre quasi sans relation avec les autres, le réalisateur finit par nous empêcher de la connaître vraiment. Il y a beaucoup d'élipses autour de sa vie au lycée, avec ses parents adoptifs. Et cela concerne aussi les autres personnages. C'est très difficile de s'attacher à des personnages dont on ne sait presque rien ! Le scénariste a-t-il fait ce choix justement pour insister sur le mystère et le côté intrigant de Beth ?

Je dois dire que le côté auto-destructeur de la jeune fille m'a aussi fortement agacée, ainsi que sa manière de rejeter tous les conseils et les attentions de ses proches.

Malgré ce court coup de mou, les épisodes ont un petit quelque chose d'envoûtant qui fait que l'on a envie de continuer pour savoir comment cela va finir. Et c'est tant mieux ! Car la fin de la série est passionnante. La jeune femme a grandi, elle fait des rencontres, des expériences qui l'amènent à s'ouvrir et dévoiler un peu plus de sa personnalité. On comprend mieux sa stratégie qui doit la mener à la victoire, comme si toute sa vie était un grand échiquier sur lequel elle avançait patiemment ses pions, en vue de gagner. 

le jeu de la dame 2

Le cadre dans lequel est filmé la série est également remarquable. On évolue sur une période allant des années cinquante aux années soixante-dix. Un soin extrême est apporté aux tenues de Beth, à son maquillage et ses coiffures, qui évoluent avec elle, la faisant passer d'enfant à femme. Les décors sont somptueux, la plupart des scènes se passant dans de grands palaces. D'ailleurs, un petit reportage à la fin dévoile tout un tas de secrets de tournage très intéressants.

Même si vous n'aimez pas les échecs, le thème ne doit pas vous rebuter : il s'agit finalement plus de l'évolution de cette femme étonnante face à la somme de ses malheurs qui auraient dû l'abbattre et la manière dont elle les sublime par ce jeu dans lequel elle se réfugie.

Quelques informations :

Pour une fois, je ne vous mets pas de bande annonce, que je trouve trop explicite. Tentez le coup, vous verrez !

Série en 7 épisodes de Scott Franck et Allan Scott, diffusée sur Netflix.

Acteurs : Anya Taylor-Joy, Maddie Holliday, Thomas Brodie-Sangster 

Posté par Loucat à 12:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mai 2021

Herstory : histoire des féminismes

J'ai acheté ce livre pour ma fille, après en avoir entendu parler sur France-Inter. Je l'ai feuilleté avant de le lui envoyer par colis, je dois dire que j'ai regretté de ne pas avoir le temps d'en lire plus ! 

Herstory

De nombreuses affaires de sexisme ou de harcèlement sexuel ont été révélées ces dernières années. Le #metoo a remis sur le devant de la scène les mouvements féministes. De nombreuses femmes indiquent qu'elles "ne sont pas féministes", alors que d'autres au contraire se revendiquent comme telles.

Je me suis pour ma part toujours demandée comment on pouvait être femme sans être féministe ? A quel moment de notre vie doit-on accepter que la moitié de l'humanité ne soit pas égale en droits et en libertés à l'autre ?

Ce livre retrace les nombreux mouvements qui animent le débat sur les droits et la place des femmes, par le biais de mots explicités sur un plan social et historique, comme un dictionnaire. Ainsi, ce livre peut se lire d'un bout à l'autre, ou au gré de feuilletages. Les articles sont courts, de quelques pages maximum, illustrés de dessins, bien que ce ne soit pas du tout une bande-dessinée. 

Les autrices font aussi un contrepoint à leur discours en notant en fin d'article les commentaires outrés de certains hommes (ou femmes d'ailleurs) contestant les droits des femmes. J'ai ri jaune en lisant ceux sur le droit de vote...

L'histoire des féminismes est abordée selon divers thèmes. Ainsi j'ai appris l'existence de femmes activistes dont je n'avais jamais entendu le nom. J'ai réalisé aussi que finalement je savais très peu de choses sur le combat de ces femmes qui ont subi insultes, menaces de mort (et oui, déjà au début du 20e siècle), pour qu'aujourd'hui nous ayons le droit de nous exprimer librement.

Liberté d'ailleurs fort relative, les femmes continuant à se faire huer jusqu'à l'Assemblée Nationale si elles osent se faire jolies en portant une robe fleurie, ces messieurs je suppose oubliant qu'ils représentent la nation toute entière (ça fait peur). On peut aussi parler de celles qui, journalistes, blogueuses, ou simples utilisatrices des réseaux sociaux, se font menacer de viol ou de mort quand elles expriment une opinion politique qui choque certaines hommes.

Ce livre n'a pas pour objet de diminuer l'influence des hommes, de leur voler quelques chose ou de les rabaisser. La plupart des hommes se conduisent bien ! Et la plupart également souhaitent que leurs compagnes aient les mêmes droits qu'eux. J'ai d'ailleurs été extrèmement choquée en allant chercher ce livre dans ma librairie préférée. J'étais accompagnée de mon mari, fervent défenseur des droits des femmes, qui s'est fait interpeler en tant que mâle dominant, alors qu'il accompagnait sa femme acheter un livre féministe !  

Non, le combat féministe n'est pas derrière nous. Dans l'espace public, les femmes reçoivent toutes sortes de réflexions et remarques sur leur corps ou leurs tenues, quand ce ne sont pas des gestes. De trop nombreuses jeunes femmes continuent à rester sous l'influence de leurs compagnons qui décident pour elles de leur vie, de leur travail, de leurs fréquentations. Le droit à l'avortement est mis en cause dans de nombreux pays, et régulièrement dans le nôtre. Les salaires homme / femme ne sont toujours pas identiques, et il n'y a quasiment aucune femme à la tête des plus grandes entreprises ou dans les équipes dirigeantes. Les partis politiques et les syndicats ont dû inclure la parité dans leurs listes pour les élections, et se sont retrouvés tout bêtes en constatant qu'il n'y avait pas assez de candidates, puisque leurs méthodes de promotions internes ne visaient que des hommes... Et puis, juste pour le plaisir, lancez une conversation en famille ou avec des amis - quand ce sera possible - sur ce thème, et dans les quelques minutes qui suivent, vous vous serez faites traiter de femme qui n'aime pas les hommes - au mieux...

Alors, je ne peux que vous conseiller de lire ce livre, de l'offrir largement à vos filles - et vos garçons, ben tiens, moi aussi je suis sectaire ! afin de passer le relai : l'époque bouge, on sent monter des avancées, les jeunes femmes vont avoir la chance d'en faire partie !

Livre écrit par Marie Kirschen, illustré par Anna Wanda Gogusey. Broché, 25 €

Posté par Loucat à 12:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 avril 2021

Série : "The One"

Synopsis à ma façon :

The one

Deux scientifiques, Rebecca Webb et son ami James Whiting, ont trouvé le moyen de détecter, par un examen de l'ADN, LA personne qui vous aimera pour toute la vie. Ils savent comment découvrir votre âme soeur ! Alors que leur entreprise les amène vers les sommets de la fortune et de la gloire, des évènements viennent peu à peu lézarder la surface lisse de ce succès. 

Mon avis :

Cette série est fascinante, on est vite happé par la vie des divers personnages. Rebecca est intrigante, avec sa froideur et sa perfection. Hannah Ware l'incarne avec subtilité, changeant de visage et de personnalité selon les époques et les personnes. On se sent mal à l'aise devant ce personnage si complexe, qui n'hésite pas à éliminer tout ce qui pourrait menacer son succès.

On se demande vite comment elle a pu devenir seul maître à bord alors qu'elle a conçu le procédé avec son ami James (Dimitri Leonidas). Beaucoup de mystères entourent leur entreprise, les flashbacks éclairent le fil de l'intrigue, pour dévoiler peu à peu le passé.

the-one netflix

Face à cette possibilité  écrasante de rencontrer la personne qui leur correspond parfaitement, les personnages se questionnent et remettent pour certains en cause leur couple. Pourtant, pourquoi chercher ailleurs si on est parfaitement heureux ? La facilité du procédé entraîne la ruine de milliers de couples, au point que l'Etat lui-même s'alarme de la ruine des familles.

 Cette série m'a beaucoup intéressée. Elle amène à se poser de très nombreuses questions : qu'est-ce que l'amour ? L'amour et le désir physique sont-ils la même chose ? Dans le monde entier, y-a-t-il vraiment une seule personne qui nous attend ? Peut-on attendre passivement  qu'une application décide pour nous de qui sera notre âme-soeur ? 

Nous n'aurons pas de réponse à ces questions. Mais cela permet de remettre en questions les applications de rencontre et leurs dangers. 

Au final, j'ai regardé cette courte série rapidement, avec beaucoup de plaisir. Cependant, certains personnages sont un peu baclés, on peut aussi constater des incohérences narratives. C'est dommage, mais  je vous la recommande pour le propos et le jeu parfait des acteurs.

Quelques infos :

Série britannique de Howard Overman, 2021.

Une saison, 8 épisodes. Diffusion sur Netflix.

Chers lecteurs, pensez à me mettre un commentaire ! A très bientôt.

Posté par Loucat à 13:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mars 2021

"Nature humaine"

Résumé à ma façon :

Nature-humaine

En 1976, Alexandre, 17 ans, vit dans le Lot. Il travaille à la ferme de ses parents, qui eux-même ont pris la suite de leurs parents. Il sait qu'il n'a pas d'autre choix que de prendre la relève. Pourtant, il se sent attiré par la grande ville, la vie que mènent ses soeurs qui sont parties de la ferme pour faire des études. Et surtout, il tombe fou amoureux d'une jeune allemande de l'est, lors de ses courtes visites à l'appartement en colocation de sa soeur.

Mais pourquoi alors, en cette nuit de la grande tempête de 1999, craint-il plus l'arrivée des gendarmes que le déchaînement des éléments ?

 Mon avis :

A travers le regard d'Alexandre, ce sont plus de 20 ans de vie paysanne qui vont défiler, de 1976 à 1999. Cette année-là, il y a eu en France une grande tempête, qui a coupé l'électricité, abattu des arbres et arraché des toits. Une tempête semblable à celle qui va finir par dévorer le jeune homme.

Franchement, j'ai été éblouie par ce roman. Je l'ai choisi avec un a priori : un livre qui raconte la vie dans le Lot ! J'ai retrouvé avec tendresse tout ce qui a fait mon quotidien d'enfant puis de jeune fille, puisque même si Alexandre est un peu plus âgé que moi, nous sommes de la même génération. Les titres qui passaient à la radio, les noms de produits que l'on trouvait à l'époque, les lieux où l'on se retrouvait : ces mots avaient une saveur douce-amère.

Mais ce qui m'a le plus frappé, c'est le multiple récit qui se fait à travers les mots simples du romancier. Il y retrace les changements de la vie paysanne, avec les évolutions incroyables mais aussi écrasantes subies par les petites exploitations : le passage d'une polyculture ancestrale dans tous les petits départements oubliés de la capitale, à une agriculture "moderne" farcie de produits chimiques et basée sur la rentabilité. Le rôle des "techniciens agricoles", qui en tout cas se présentent ainsi, alors qu'ils ne sont que des commerciaux payés par les grandes industries chimiques. Et la misère qui grandit avec ces soi-disant avancées de la modernité.

Causses du Lot

En parallèle, le romancier raconte le quotidien des habitants de ces petits départements, en se servant du Lot comme tapisserie de fond : le désarroi face à des décisions imposées de la capitale, sans prendre en compte le réel mode de vie des habitants de province - tout ce qui n'est pas Paris. Des avancées positives aussi : l'arrivée de l'électricité, du téléphone, la modernisation des habitats.

Au final, du fond de son Lot méprisé, inconnu des hommes politiques et des technocrates, Alexandre voit se dérouler les mouvements sociaux violents et oubliés qui ont traversé cette époque : lutte contre l'installation des centrales nucléaires - celle de Golfech pour nous - attentats fréquents contre les grandes sociétés... Les derniers soubresauts de l'ancien monde ? On voit passer les ministres, les Présidents, les espoirs à l'arrivée de François Mitterand...

C'est le portrait en filigrane de plus de 20 ans de vie politique et sociale française. C'est malin et très bien fait ! Ma seule réserve ? La fin ouverte - ou pas - que je n'ai pas vraiment comprise, et qui m'a laissée sur ma faim...

Quelques informations :

Ce roman de Serge Joncour a obtenu le prix Fémina 2020. Cet auteur qui a de la famille dans le Lot décrit ce territoire comme personne !

Publié chez Flammarion : version brochée (21 €) ou en e-book (14,99€).

Merci de m'avoir lue, pensez à mettre un commentaire ! 

Posté par Loucat à 15:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


22 février 2021

"La chronique des Bridgerton"

Synopsis à ma façon :

Daphné Bridgerton va être présentée lors du bal des débutantes de 1813, sous la régence anglaise. Remarquée par la Reine,  elle devient la jeune fille la plus courtisée jusqu'à ce qu'apparaisse une jeune inconnue ravissante qui lui dérobe toutes les attentions. La seule valeur des jeunes filles étant leur capacité à faire un beau mariage, c'est une catastrophe pour elle.

La-chronique-des-Bridgerton-de-Shonda-Rhimes-Banniere

De son côté, le séduisant duc de Hastings croule sous les assauts de mères souhaitant marier leurs filles. Elle passe alors un pacte lui : en faisant semblant de se fréquenter, elle va redevenir désirable, et lui aura la paix...

Mon avis : 

Un véritable ravissement pour les yeux ! 

Cette série a eu un succès remarqué dès sa sortie. Elle porte la marque de la patte "Shondaland". Le casting est multi-ethnique et sans considération de véracité historique, et passé ce premier flottement on vibre pour les personnages. On suit le marivaudage de Daphné et son duc avec tendresse. Les autres personnages ont tout autant d'importance. Si la série suit le livre de Julia Quinn dont elle est issue, chaque saison devrait être centrée sur l'un des enfants Bridgerton, qui sont donc déjà bien présentés dans ces premiers épisodes.

Bridgerton

Les costumes sont merveilleux, les robes de Daphné mettent en valeur sa silhouette gracile, mais les autres sont servies également. Perles, soie, mousseline... nous avons de quoi rêver ! Le bal de fin de saison est une pure merveille. Les costumiers et décorateurs s'en sont donné à coeur joie dans cette série.

Il est à noter que les tenues sont adaptées aux groupes familiaux. Les robes des dames de la famille rivale sont sidérantes de couleurs !

Bridgerton

Alors, tout est voulu dans cette série : les costumes aux couleurs impossibles à l'époque, les couleurs de peau des personnages, leur manière de s'exprimer. Le mix entre le discours de l'époque, la manière artificielle de se parler et la violence des sentiments est d'autant plus frappante. Sûrement, les costumes ne sont pas conformes à l'époque, moi je n'y connais rien alors cela m'a juste amusée.

A noter, une super bande son, avec certaines danses de cour adaptées de chansons pop, j'ai trouvé ça malin et très amusant !

J'ai été surprise des avis lus sur cette série. Il semblerait qu'on adore ou qu'on déteste. Pour ma part je pense qu'il s'agit d'un marivaudage dans un monde idéal, où les gens ne seraient pas discriminés par leur couleur de peau. On s'en fiche si ce n'est pas vraisemblable, c'est un conte !

Cependant, j'ai trouvé les personnages féminins très intéressants : Daphné a été élevée comme une oie prête au sacrifice, mais elle se rebelle contre son éducation et gagne son bonheur. Sa soeur décide d'avoir une vie plus intéressante que cela. On évoque ainsi le mariage forcé, toujours d'actualité hélas, les grossesses non désirées, les violences faites aux femmes, leur peu d'importance dans les sociétés patriarcales - on en sort avec peine en Europe.

Peut-être que la place des personnages masculins est plus rapidement éludée - dois-je ajouter "pour une fois" ?

Mon seul bémol : les scènes de sexe fréquentes, longues et explicites. C'est aussi une marque de fabrique Netflix. L'avantage de ce type de plateforme c'est qu'on peut zapper ce qui nous énerve !

Quelques informations :

Série crée en 2020 par Chris Van Dusen et Shonda Rhimes (Murder, Scandal...)

Deux saisons, la première seulement est disponible pour l'instant sur la plateforme Netflix.

Bon visionnage, pensez à me laisser un petit commentaire !

Posté par Loucat à 15:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 décembre 2020

Poldark en duo

Je reprends le principe de cet article, où je vous parlais à la fois du livre et de la série qui en était tirée. Je vous ai déjà présenté la série "Poldark" ici. Petit rappel.

poldark

Synopsis à ma façon :

Ross Poldark revient en Cornouailles après deux ans de guerre d'Indépendance Américaine. Il pense retrouver son domaine, ses mines, mais surtout Elisabeth, la jeune femme qu'il aime. Mais quand il arrive, il découvre que son père est mort ruiné et que sa bien-aimée s'est mariée avec son propre cousin Francis Poldark, qui a hérité de la fortune familiale.

Ross Poldark

Ravagé, Ross refuse de se laisser abattre et malgré toutes les pressions décide de relancer son exploitation minière et de redresser son domaine familial. Cependant, son goût de l'équité le met vite en lutte contre les nobles et les parvenus de sa classe, alors qu'il souhaite aider les petites gens qui vivent sur son domaine. Sa rencontre avec la toute jeune Demelza, qu'il embauche comme aide cuisinière pour la sauver d'un père brutal, va transformer sa vie.

Mon avis :

J'ai attaqué la lecture du livre de Winston Graham après avoir regardé cette série jusqu'à la saison 4. Je l'avais énormément appréciée et j'ai offert le livre à ma fille, qui m'a dit qu'il ne suivait pas la série. C'est donc avec stupeur que j'ai découvert que ma fille ne lit pas (toujours) les livres que je lui offre. car la série est assez fidèle au livre.

Poldark-1-Les-falaises-de-Cornouailles

L'écriture de Winston Graham est très agréable, cependant Aidan Turner et Eleanor Tomlinson incarnent si étroitement leurs personnages qu'il est difficile de lire sans avoir leur image qui se glisse dans les mots ! Le livre est plus élliptique que la série, Winston Graham ne développe pas les scènes autant que la série. Mais son récit est véritablement palpitant et l'on comprend pourquoi le cinéma s'est emparé de cette histoire.

A force de m'entendre parler de mon livre, mon chéri s'est laissé convaincre de regarder un épisode, et c'est pourquoi depuis quelques semaines, nous dévorons presque quotidiennement quelques épisodes de la série, qu'il aime tout particulièrement.

Cette série flamboyante développe tous les codes d'une histoire romantique. Les personnages sont admirables et l'on suit avec tendresse la passion tumultueuse qui naît entre Ross et Demelza, puis d'autres personnages qui viennent se rajouter au fil des saisons. Demelza est d'ailleurs le personnage que je préfère !

Demelza

Cependant, c'est oublier le contexte particulièrement violent de l'époque. La misère latente, la famine et même le scorbut chez les travailleurs des mines, la lutte entre les classes sociales avec en toile de fond la Révolution Française... 

Ce contexte vient enrichier le propos, et Ross est un personnage passionnant. Sa droiture et son sens de la justice vont lui faire affronter des situations périlleuses avec courage. Pourtant ses tourments personnels et une certaine lâcheté des sentiments vont le mettre face à bien des conflits personnels...

De plus, la bande-son est très belle, et les images un peu contemplatives de la Cornouailles nous font rêver !

Au final, je n'ai lu pour l'instant que le tome 1, le 2 ème m'attend et il me tarde ! Pour la série, nous en sommes à la quatrième saison, sans baisse de notre intérêt, au contraire notre attachement grandit.

Voilà de quoi lire et regarder, chers lecteurs ! Et une super idée cadeau pour vos proches ou vous-mêmes !

Quelques informations :

Romans de Winston Graham, disponibles en livre de poche. De ce que j'ai trouvé, il n'y a que 3 tomes traduits en français pour l'instant. 

Série de Debbie Horsfield diffusée depuis 2015. Disponible en DVD et sur Netflix.

J'ai beaucoup de livres et séries à vous proposer, c'est le temps qui me manque, mais je vais désormais essayer d'être plus présente. Avant de partir, pensez à écrire un petit commentaire - à très bientôt !

Posté par Loucat à 18:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 novembre 2020

"Bodyguard"

Pour celles et ceux qui n'ont pas Netflix, cette excellente série que je vous recommandais dans cet article, passe ce soir à la télévision !

Bodyguard

Pour rappel, c'est une mini-série en 6 épisodes dont le thème colle à l'actualité : celui des risques terroristes et de la façon dont une société doit ou peut y répondre.

Sujet de société, passion brûlante, cette série ne devrait pas vous laisser de glace !

Diffusion dès ce soir sur France 2, à partir de 21h05.

N'hésitez pas à me laisser votre avis si vous la regardez !

Posté par Loucat à 16:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 octobre 2020

"Dans la tête d'un chat"

J'avais envie de lire ce livre depuis le printemps, après en avoir entendu parler dans mon émission préférée : "Grand bien vous fasse", sur France Inter. Son auteure Jessica Serra est éthologue, c'est à dire qu'elle étudie le comportement des animaux, et surtout dans son cas, du chat. Elle a animé la géniale émission "La vie secrète des chats". Cet article est illustré de photos personnelles.

Dans la tête d'un chat

Dans son livre, nous découvrons un peu l'histoire du chat : comment il a été choisi comme compagnon par l'homme et la manière dont il a été considéré selon les époques - faisait pas bon être chat au Moyen-Age.

Puis Jessica Serra nous fait découvrir ses caractéristiques physiologiques et neurologiques, sans aucun jargon scientifique, ce qui rend ce livre facile à lire pour la totale littéraire que je suis ! Puis, nous plongeons dans son comportement, avec des réponses étayées à chaque fois par l'observation et la recherche scientifique. Ce qui fait que nous découvrons en même temps mille anecdotes sidérantes sur le comportement "animal" en général. Je dois dire que cette lecture renforce encore mon questionnement éthique sur la manière dont les hommes considèrent et traitent les animaux.

Alors, voulez-vous savoir si votre chat vous aime vous, ou ses croquettes ? Pourquoi il vous mord parfois lorsque vous le caressez ? Est-il intelligent ? Ressent-il des émotions ? Comprend-il nos intentions ?

Chamallow

Puis l'auteure aborde la relation entre l'homme et le chat, et enfin ses extraordinaires pouvoirs : c'est là que j'en suis. Et oui, pour une fois je vous parle d'un livre que je n'ai pas encore fini !

Je dois dire que cette plongée dans le monde des sens félins me fait regarder mes petits compagnons d'un autre oeil, même s'ils sont déjà clairement les maîtres de mon royaume. Chez nous, quatre félins occupent le terrain, qu'ils partagent généreusement avec mon chéri et moi-même. Alors, qui est l'animal de l'autre ? Tous les "propriétaires" de chats vous diront que ce sont eux qui appartiennent à leur chat et pas le contraire !

Caramel, Nougatine, Chaussette

On sent l'affection de l'auteure dans tout le livre, d'ailleurs elle parle souvent de son chat sauvé de l'abandon. Mais les intuitions que l'on peut ressentir parfois concernant son chat sont ici étayées - ou infirmées - par la science, et c'est passionnant.

 J'espère vous avoir fait envie de lire ce documentaire, qui vous fera entrer dans l'univers incroyablement sensitif des chats. N'oubliez pas de me laisser un commentaire !

Posté par Loucat à 16:18 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 septembre 2020

Le Livre des Morts

 

Le livre des morts

Résumé à ma façon :

Une série de meurtres se produit à New-York. Bien que le mode opératoire semble différent d'un meurtre à l'autre et que les personnes assassinées n'aient rien en commun, la police constate que chacune avait reçu peu de temps auparavant une carte postale, indiquant le jour de leur mort.

Le FBI confie l'affaire à l'un de ses meilleurs profileurs, Will Piper, un agent déclassé et alcoolique qui n'attend que la retraite. Pour l'aider dans l'affaire du Tueur de l'Apocalypse, comme l'appelle la presse, on lui adjoint une jeune agente donneuse de leçons, Nancy Lipinski.

Mon avis :

L'auteur nous promène entre les époques, revisitant le mystère qui entoure la Zone 51 de Rosewell avec malice et brio. Il fait un lien inattendu entre l'Histoire et l'histoire qu'il nous raconte, de la fin de la guerre à nos jours en passant par le Haut Moyen-Age. Théorie du complot, ésotérisme... Glenn Cooper nous balade et brouille les pistes.

Ses personnages sont atypiques : l'agent Will Piper est en fin de carrière, il n'attend plus rien et ne travaille que sur des petites affaires, après avoir connu son heure de gloire. Il ne veut pas faire de vagues, aborde cette affaire à reculons, d'autant qu'il est flanqué d'une adjointe toute jeune qui l'agace très vite. Bougon, alcoolo, il n'a pas grand chose pour plaire a priori... Mais cette affaire l'intrigue, il met un point d'honneur à trouver des pistes qui s'évaporent l'une après l'autre, lui qui a toujours trouvé le coupable. Ce mystère le revivifie et peu à peu, il reprend du poil de la bête.

En parallèle, l'auteur nous raconte l'origine de ce mystère, qui commence en angleterre au Haut Moyen-Age, sans que les enquêteurs en soient informés - ils n'apprendront la vérité qu'à la toute fin. Ainsi, nous commençons à entrevoir l'origine de cette affaire qui remonte au 8e siècle, à l'issue de circonstances assez épouvantables. Puis il nous amène sur la Zone 51, l'un des lieux les plus secrets au monde.

Zone 51

Le style de l'auteur est simple et efficace. Pas de phrases alambiquées ni de longues plongées dans la psychologie des personnages. Même si les actions de chacun sont sous-tendues par leur passé, l'auteur se focalise plutôt sur l'action et la minutie avec laquelle l'agent du FBI mène son enquête, en suivant chaque bribe de piste. Le criminel est un personnage à multiples facettes, dont on ne sait si on doit le plaindre ou le craindre.

Après avoir été un peu désorientée par les changements d'époques selon les chapitres (bien indiqués il faut le dire, mais parfois je lis trop vite...)  j'ai été vite emportée par le mystère qui baigne cette histoire, et l'envie de savoir comment tout cela va bien pouvoir finir. J'ai lu ce livre en quelques jours malgré ses quelques 400 pages.

Quelques informations :

Date de publication originale : 2009

Le Livre des Morts a eu un grand succès, vendu à plus d'un million d'exemplaires. Son auteur Glenn Cooper est archéologue de formation, et cela se sent dans la manière précise dont il décrit la période du haut Moyen-âge.

 Disponible en e-book (par exemple chez Kobo : 9,99€) ou en Pocket (8,40€).

Chers lecteurs, ne partez pas sans avoir laissé un commentaire !!!

21423790-petit-chat-de-bande-dessinée-avec-de-grosses-lunettes-lit-le-livre-sur-un-fond-blanc

Posté par Loucat à 13:39 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,