De pages en séries

13 juin 2018

Polar : Juste une mauvaise action

Résumé à ma façon :

Juste une mauvaise action

Alors que Thomas Linley reprend pied dans son service, après une période très éprouvante liée à l'assassinat de sa femme, Barbara Havers se lance dans une enquête éperdue destinée à retrouver Haddiyah, la fille de son ami d'origine pakistanaise Taymullah Azhar. La petite a été enlevée par sa mère. Comme le nom de son père ne figure pas sur son acte de naissance il n'a aucun droit juridique sur l'enfant, alors Barbara lui conseille de faire appel à un détective privé. Tandis qu'on retrouve la piste de la petite fille en Toscane, elle se fait enlever. Barbara fait des pieds et des mains pour être envoyée sur place, mais sa chef décide d'y envoyer l'Inspecteur Linley, qui parle italien et saura se montrer plus diplomate. Restée à Londres, Barbara multiplie les actes illégaux, emmêlée dans ses relations avec un journaliste qu'elle pense téléguider mais qui la menace sans cesse de révéler leur collusion.

Mon avis :

Cet opus des enquêtes de l'Inspecteur Linley et du sergent Havers se déroule de manière totalement inattendue. Chacun enquête de son côté, Barbara Havers à Londres et Linley en Toscane. C'est la première fois que le sergent Havers est autant mise en avant dans l'une des enquêtes. Celle que l'on connaissait opiniâtre et sans gène se révèle plus tenace que jamais et n'hésite pas à se compromettre pour arriver à ses fins.

L'enquête se déroule en deux parties distinctes, puisqu'un rebondissement totalement inattendu se produit au milieu de l'histoire, qui relance totalement l'enquête. Avec un talent magistral, Elisabeth George reprend l'investigation à rebours, et tout ce que les enquêteurs croyaient savoir va être bouleversé et étudié avec un nouvel angle. Du grand art !

Nous voilà balottés des deux côtés de la manche, temblant pour Barbara qui s'enfonce de manière inexorable dans les mensonges. Linley essaie envers et contre tout de la défendre et protéger, y compris contre elle-même. Leurs rapports deviennent très tendus et tous deux marchent sur le fil, Linley tentant de dénouer le noeud de faits qui se présentent à lui, alors que de son côté Barbara ne cesse d'emmêler la pelote !

Elisabeth George excelle dans l'analyse psychologique de ses personnages et de leurs relations. Elle fait éga

lement une analyse fine de la société britannique, et particulièrement dans ce roman des relations sociales en Italie.

Ce serait probablement dommage de découvrir le tandem d'enquêteurs dans ce livre, qui marque justement un net virage dans leurs relations. Une bonne occasion d'explorer l'oeuvre de la romancière !

Quelques infos : 

Roman paru en 2014. 

Prix estimatif : 10€ en poche - 13,99€ en e-book

Posté par Loucat à 11:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 juin 2018

Série : La Casa de Papel

Je ne suis pas très productive en messages en ce moment, pourtant, je lis et je regarde ! Je me suis intéressée à cette série, "celle dont tout le monde parle" d'après ma nièce de 22 ans. Propos vérifié sur le net, car cette série fait un carton alors qu'elle est sortie sans promotion !

Synopsis à ma façon :

la-casa-de-papel

Le Professeur décide d'organiser un braquage démesuré, qui ne va voler personne et où nul ne sera blessé. Son objectif ? La Casa de Papel, la fabrique royale de la monnaie espagnole. Pour cela, il engage une équipe de personnes d'origines diverses qui n'ont plus rien à perdre. Chacun d'entre eux a des compétences particulières. Ils ne devront nouer aucune relation entre eux et ne donner aucune information personnelle : ils décident d'ailleurs de prendre le nom d'une ville comme pseudonyme. Seul le Professeur sait qui ils sont. Pendant cinq mois, isolés de tout, ils vont monter un plan pour lequel le Professeur a prévu absolument toutes les éventualités. Lorsque le braquage commence, le Professeur découvre rapidement qu'il a omis un élément déterminant : la nature humaine de chacun, y compris la sienne propre... 

Mon avis : Formidable !

Une fois que vous avez mis l'oeil sur cette série, vous êtes grillés : vous ne pourrez pas vous en détacher. Ce qui est génial dans le scénario, c'est que le braquage démarre quasiment au début de la série. Une fois introduits dans la Casa de Papel, les voleurs prennent en otage une soixantaine de personnes et ils sont immédiatement encerclés par les forces de l'ordre. Au fur et à mesure que l'intrigue se déroule, des retours en arrière éclairent l'histoire : on découvre l'entraînement de l'équipe, les préparatifs minutieux de chacun. On tremble en permanence pour les braqueurs et leurs otages, tant tout semble partir en vrille dès le début. Pourtant on vibre aussi pour les négociateurs qui rencontrent de sacrés problèmes de leur côté. Et je ne peux rien dire de plus sans vous gâcher le plaisir si vous décidez de regarder cette série !

Ce qui est amusant, c'est que le Professeur qui semble avoir tout prévu a totalement oublié que chaque individu a une âme et des sentiments. Que face à des situations traumatiques - qu'ils vivent ou font vivre à leurs otages - chacun peut basculer d'un instant à l'autre - lui y compris !

Cela entraîne des scènes surréalistes où les braqueurs pactisent de manière diverses avec leurs otages. C'est amusant mais également parfois parfaitement idiot : franchement, qui s'enverrait en l'air avec la personne qui le prend en otage ? Je suppose que ces scènes ont pour seul but de rajouter du sexe dans une série destinée aux jeunes adultes.

Alors passons sur ces scènes ridicules, parce que tout le reste est jouissif : on tremble, on rit, on finit par prendre fait et cause pour ces bras cassés balancés dans une situation qui semble sans issue, leur destin étant entre les mains du seul braqueur resté à l'extérieur : le Professeur !

La casa de papel les acteurs

Alors pour finir, je ne peux que vous recommander cette série qui apporte un vent de fraîcheur venu de l'autre côté des Pyrénées, puisque c'est une série espagnole. Les acteurs sont géniaux et ces nouveaux visages nous changent agréablement des acteurs interchangeables de nos séries françaises ou US.

Quelques infos :

Série produite par Netflix, diffusée sur la plate-forme en deux parties, première partie en 13 épisodes, deuxième partie en 9 épisodes. Une troisième saison est prévue.

 Bande annonce en VF :

LA CASA DE PAPEL Bande Annonce VF ✩ Série Netflix, Thriller (2017)

 Les DVD de cette série sont encore des imports d'Espagne, et donc en VO seulement.

Posté par Loucat à 18:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 mai 2018

Fantasy : Saga "La Moira"

J'ai fini les trois tomes de la saga avant de vous en parler, les livres étaient assez courts (environ 400 pages) j'ai préféré cela plutôt que de chroniquer chaque tome.

Résumé rapide :

La Moira T1

La jeune Aléa vit en vagabonde dans son village. Elle est orpheline et vit de petits larcins et de menus travaux dans un village de la Sarre, une région de Gaelia. Mais un jour, elle trouve dans le désert une main qui émerge du sable, avec une énorme bague. Pensant pouvoir la revendre, elle la glisse à son doigt. A partir de là, de curieux pouvoirs se développent en elle, l'amenant à fuir dans un premier temps, puis à mener une quête personnelle qui l'amènera à devenir un personnage central dans la révolution de son pays. En parallèle des aventures d'Aléa, la louve blanche Imala vit des situations similaires, ce qui les amènera à se rencontrer et à pactiser.

 Mon avis : 

Ces trois tomes sont centrés autour du personnage d'Aléa, qui a 13 ans au début de son aventure. Les deux premiers tomes nous font découvrir des personnages hauts en couleur, tels les druides de la cité de Sai Mina et leurs magistels, des hommes d'armes totalement dévoués à leur cause et liés à la vie à la mort à leur druide. Sous le regard d'Aléa, sa naïveté au début, puis sa sagesse particulière acquise au fur et à mesure que ses pouvoirs grandissent, les gens autour d'elle changent, les situations évoluent, les barrières tombent.

La jeune fille est impertinente, drôle, elle n'hésite pas à se mettre en danger et à rentrer en conflit avec les adultes qui l'entourent. Son mode de relation aux autres est tout à fait singulier et passionnant. Mais voilà le hic de cette histoire, selon moi, qui m'a gênée tout du long : à la fin du tome 3 Aléa n'a que 14 ans... Elle se retrouve pourtant à la tête d'une armée, amène des populations entières à se ranger derrière elle, et surtout se comporte comme une femme adulte bien campée, même dans ses relations intimes... Or ce n'est qu'une petite fille !

la-moira T2

Je suppose que l'auteur a voulu insister sur la fraîcheur de la jeune fille, son regard tout neuf sur les choses et les gens qui l'amènent à envisager des bouleversements radicaux, là où les adultes, ayant chacun une place désignée dans leur société, ne voient même plus l'intérêt de changer les choses. Le bouleversement interne de la jeune fille, lorsqu'elle découvre ses pouvoirs, est d'après moi une allégorie d'un peuple qui ouvre les yeux et décide enfin de sa destinée. C'est donc un effet de style littéraire, mais bon, Aléa aurait pu sans problème être plus âgée.

Si l'on passe par là-dessus, l'histoire est vraiment intéressante, même si c'est loin d'être ma saga préférée. On s'attache à la louve dont les épreuves si bien décrites par Henri Loevenbruck nous bouleversent. Le personnage de Bjoln le nain qui accompagne Aléa dans toutes ses aventures amène de l'émotion et de la drôlerie à ce récit. 

Cette capacité à décrire les âmes et les sentiments propres à chaque personnage fait preuve d'un remarquable talent d'écrivain. Il y a beaucoup de périodes de guerre et de batailles dans cette saga, le tome 3 y est d'ailleurs quasiment dédié. J'ai trouvé ça un peu long pour ma part, ce n'est pas du tout ce qui me fait rêver dans la Fantasy ! Cependant les combats sont décrits avec un réalisme étonnant, on s'y croit réellement.

La Moira T3

Henri Loevenbruck a choisi d'inclure dans son récit la voix interne de certains personnages, qui réfléchissent ou interprètent les paroles de leurs interlocuteurs en direct, dans des paragraphes en italique inclus dans les dialogues ou la narration. Ce procédé particulier paraît étrange au départ mais permet une réelle compréhension de la complexité des protagonistes, nous éclaire sur leur manière singulière de réfléchir ou de prendre des décisions.

Quelques infos :

On trouve cette saga en intégrale à 15 €, Editions J'ai lu - ou bien chaque tome séparément à 7,20 € pièce.

Sous format e-book l'intégrale se trouve à 11,99 €.

Henri Loevenbruck est un écrivain français. 

 

Posté par Loucat à 13:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mai 2018

Série : "The good fight"

Je vous ai déjà parlé ici de la série "The good wife" dont je suis une adepte inconditionnelle. La septième et dernière saison finie, j'étais toute triste... Et voilà t'y pas qu'en faisant défiler les nouvelles séries sur Prime Vidéo, je vois apparaître celle-ci dont le visuel m'interpelle !

Affiche the good fight

Un petit résumé du contexte : à la fin de "The good wife", on avait laissé Alicia Florrick prête à commencer une nouvelle vie, après avoir reçu une gifle mémorable de son ancien mentor Diane Lockhart qu'elle avait trahie. Sa jeune associée Lucca Quinn avait rejoint le cabinet Lockart et Lee.

Au début de cette nouvelle saison, Diane Lockhart (Christine Baranski) se retrouve brutalement ruinée par les malversations financières de son meilleur ami. Elle vient pourtant d'embaucher la fille de celui-ci, Maia Rindell (Rose Leslie), qui est tout fraîchement diplômée de l'examen du barreau de l'Illinois. A la suite d'un enchaînement de circonstances malheureuses, Diane se retrouve sans emploi, évincée du cabinet qu'elle avait créé 30 ans auparavant à Chicago. La seule personne prête à l'embaucher est l'avocat Robert Boseman (Delroy Lindo), qui dirige avec Barbara Kolstad (Erica Tasel) un cabinet entièrement composé d'avocats afro-américains - un cabinet dirigé par des personnes issues des minorités, comme le disent poétiquement les autorités, dans lequel travaille déjà Lucca (Cush Jumbo).

La voilà devenue la seule blanche dans ce cabinet spécialisé dans la défense des personnes visées par les violences policières - sa caution de diversité, comme le dit Boseman ! Redevenue associée, elle embauche immédiatement Maia, salie par la vague de fureur provoquée par les actes supposés de son père.

Mon avis : 

"The good fight" est ce qu'on appelle un "spin-off" de "The good wife". Je ne connais pas d'équivalent en français. Cela signifie que des personnages de la première série vont reprendre leurs rôles dans une autre, proche mais différente. Nous avons immédiatement commencé à regarder quelques épisodes, avec mon chéri qui lui aussi est un fan. Notre avis à tous les deux ? On adore !

Je pensais être déçue, car quand on aime une série, on s'attache aux personnages bien évidemment. Si Diane était déjà un personnage central de "The good wife", je me demandais comment les scénaristes pourraient créer autour d'elle autant d'intérêt qu'autour d'Alicia. Eh bien, je dois dire que c'est réussi ! Cette série qui fait une grande place aux femmes traite des thèmes ancrés dans la société américaine de l'ère Trump. L'un des tweets frénétiques du phénomène à la mèche jaune fait d'ailleurs basculer l'issue d'un procès à la fin de l'épisode 5 !

On retrouve l'humour propre à la première série, sa manière excellente de filmer des procès, en donnant du rythme et du suspense.

Cependant le contexte de la crise par le biais d'une escroquerie aux fonds de pension, ainsi que les tensions politiques d'une société ouvertement raciste et tournée vers les profits, avec le soutien de son Président, est la trame de fond de cette nouvelle série.

L'ensemble pourrait être bien pensant et moraliste, et pourtant le cabinet Kolstad et Boseman n'oublie pas qu'il est là pour gagner de l'argent, et pas seulement faire du "social" ! Un espace dans lequel Diane va sûrement se glisser...

Pour les fans de "The good Wife", il est à noter que l'on retrouve certains des personnages les  plus amusants de la série, tels que Marissa, le juge Abernathy, Elisabeth Tassioni et ses petites fantaisies !

Mais pour les autres, rien ne vous empêche de démarrer cette série qui n'est liée à la précédente que par des personnages communs.

Bande annonce : franchement la version en VO est si nulle qu'elle ne fait pas envie !

Les acteurs : 

The good fight les acteurs

De gauche à droite et dehaut en bas, le nom des acteurs suivi de leur rôle :

Ligne 1 : Sarah Steele (Marissa Gold) - Christine Baranski (Diane Lockhart) - Rose Leslie (Maia Rindell) - Delroy Lindo (Robert Boseman)

Ligne 2 : Cush Jumbo (Lucca Quinn) - Erica Tazel (Barbara Kolstad) - Justin Bartha (Colin Morello) - Carrie Preston (Elsbeth Tascioni)

 Quelques informations :

Cette série est diffusée sur le site Prime vidéo. On peut aussi la trouver en streaming (en respectant la légalité).

Comme c'est une série de 2017 elle n'existe pas encore en DVD langue française.

Une saison 2 a déjà été tournée. 

Si vous avez lu cette chronique jusqu'au bout, ne partez pas sans me laisser un petit commentaire ! 

Posté par Loucat à 13:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 mai 2018

Fantasy : Soeur Ecarlate

Mark Lawrence a écrit plusieurs sagas mais c'est celle-ci qui me tentait le plus et bien m'en a pris !

SoeurEcarlate

Résumé à ma façon :

Après un incident sanglant assez confus, la petite Mona est rejetée par tout son village et remise par sa mère au croque-mitaine, un homme qui parcourt la région pour acheter des enfants aux capacités surprenantes. A l'origine, en effet, quatre tribus sont venues d'ailleurs s'installer sur l'Abeth, une planète glacée, dont seule une fine bande de terre est épargnée par la glace, sous l'effet de la lune écarlate qui la réchauffe la nuit. Dans chacune de ces tribus, certains membres sont dotés de capacités surnaturelles : rapidité extrême, force, pouvoirs magiques... Le croque-mitaine recherche les enfants les plus prometteurs et les vend soit à des entraîneurs de combattants dans des arênes, soit à des académies de formation de magiciens. Mona est emmenée au couvent de la Mansuétude, où les jeunes filles apprennent à devenir des tueuses...

Mon avis :

Voici mon coup de coeur de ces derniers mois ! Ce roman est incroyablement bien écrit, avec vivacité et esprit. Le quotidien des jeunes filles est raconté en détail, ainsi que les découvertes qu'elles font chacune sur leurs capacités étonnantes et leur personnalité. Nona arrive à 9 ans, elle va avoir le temps de grandir et d'évoluer !

J'ai adoré la petite ambiance "dortoir de filles", avec les amitiés et les inimitiés, les coups bas et les gestes de soutien. Il y a un côté "Poudlard" assumé, on retrouve bien l'ambiance de la série Harry Potter, côté filles. Pas de bêtes fantastiques dans cet ouvrage, chacune des filles ayant une personnalité si riche que ce n'était sans doute pas la peine d'en rajouter. On les suit dans leurs cours très particuliers que je vous laisse découvrir, moi je me suis régalée.

Les scènes de combats sont fascinantes, incroyablement vivantes, on peut imaginer les mouvements de chacun, cela donne beaucoup de souffle et d'énergie à l'histoire.

Ce qui est surprenant, c'est que les relations entre les sexes sont très égalitaires, malgré ce choix d'une école de filles. Elles rencontrent régulièrement d'autres élèves garçons ou filles et les combattent en fonction de leurs capacités et non de leur âge ou leur sexe. De même il y a dans ce monde des femmes combattantes, et des femmes puissantes avec beaucoup de pouvoir.

C'était d'ailleurs cet aspect qui m'avait intriguée au départ, parce que même s'il y a de belles héroïnes dans les romans de fantasy, les femmes sont rarement les personnages principaux.

A noter, une irruption très étonnante de la science-fiction dans ce roman de Fantasy, cette planète inconnue étant peuplée par les Anciens, arrivés dans des nefs fonctionnant avec une énergie inconnue...

La seule contrariété concernant ce livre, c'est que j'ai découvert passé la dernière page qu'il faudrait attendre septembre 2018 pour pouvoir lire la suite : ça va être loooong !

Quelques informations :

"Soeur Ecarlate" est le tome 1 d'une future saga en 3 tomes intitulée "Le livre des Anciens".

Son auteur Mark Lawrence a déjà publié deux trilogies très appréciées.

Editions Bragelonne, 2017, version brochée (25 €) ou e-book (12,99 €).

Posté par Loucat à 12:16 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


22 avril 2018

Série : "Grantchester" saison 3

Je ne vous ai parlé que par allusion de cette série que j'affectionne particulièrement. France 3 diffuse à partir de ce soir la saison 3 : c'est l'occasion ! 

grantchester

Mon avis :

Cette série policière se déroule dans les années cinquante, à Grantchester dans le comté de Cambridgeshire en Angleterre. L'inspecteur Geordie Keating (Robson Green) forme un duo inattendu avec le jeune pasteur Sydney Chambers (James Norton). Les deux hommes partagent une amitié forte et sincère, qui n'empêche pas les discussions agitées et les désaccords parfois profonds sur les êtres et leurs actes.

Derrière son aspect de série policière, Grantchester est surtout une peinture de la société d'après-guerre en Angleterre. Elle traite de sujets qui se trouvent curieusement toujours actuels : la peine de mort, l'avortement, la liberté des femmes ... des sujets forts sur lesquels les deux partenaires doivent réfléchir et échanger tout en menant leurs recherches. Si l'inspecteur traite l'enquête de manière traditionelle, le pasteur visite ses ouailles, utilise son statut pour ouvrir les portes, écouter et faire parler en confiance. 

Le jeu des deux acteurs est parfait et complémentaire. Bourru et parfois brutal, l'inspecteur Keating fait son travail sans trop se préoccuper des conséquences. Sydney est un peu la voie de la conscience et de la sagesse, sa vocation le porte à la compassion et la compréhension, même si les actes sont illégaux.

Ce qui nous touche et rend ces deux hommes plus proches, c'est leur grande fragilité intérieure cachée derrière le flegme et le devoir. L'alcoolisme les unit, qu'ils nient farouchement, car chacun porte en lui des blessures inguérissables qui se réveillent parfois au cours de leurs enquêtes. Chacun soutient l'autre à sa manière, parfois brutale ou maladroite.  

Dans cette saison, les deux hommes vont devoir faire face à des choix personnels qui vont faire vaciller leurs engagements. Sydney est depuis toujours amoureux d'Amanda qu'il a laissé épouser un autre homme par refus de l'engagement. De son côté, Geordie doit choisir entre sa famille et ses relations adultères...

Même si vous n'avez pas regardé les deux premières saisons, vous pouvez regarder la suite sans crainte : les histoires personnelles de chacun sont claires et vous les repèrerez rapidement. Les enquêtes sont toujours intéressantes, leur situation dans le passé permet d'éviter la surenchère gore qui déferle sur nos écrans dans les séries policières généralement. L'image est belle et les reconstitutions vraiment soignées, on oublie le présent pour se couler dans cette belle campagne anglaise.

Un sourire amusé me vient en pensant à la gouvernante de Sydney et son jeune vicaire maladroit, qui campent des personnages inoubliables ! Autant dire que l'humour anglais est de la partie dans cette série.

Quelques infos :

Série britannique de Daisy Coulam créée en 2014.

Diffusion sur France 3 des 6 épisodes de la saison 3 le dimanche à partir de 20h55. Ce soir épisodes 1 et 2, suivis des deux premiers épisodes de la saison 2. Les saisons 1 et 2 sont visibles sur Netflix.

A noter : Plusieurs critiques considèrent que James Norton est l'un des jeunes acteurs anglais qui va faire parler de lui dans les années qui viennent ! J'ai déjà mentionné son nom dans cet article

Bande annonce :

"Grantchester" : La saison 3 arrive ce soir sur France 3

Posté par Loucat à 17:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 avril 2018

Polar : "Le cercle"

J'avais déjà lu le premier livre de cet auteur, "Glacé", alors j'ai eu envie de lire le tome suivant, dans lequel on retrouve le commandant Servaz et son équipe. 

Résumé à ma façon :

le-cercle-n-eteins-pas-la-lumiere

Le corps d'une jeune professeure est retrouvé dans une mise en scène très étrange, dans sa villa de Marsac, dans la région de Toulouse. Un jeune homme est retrouvé dans son jardin, hébété, qui jure de son innocence. Sa mère Marianne, l'ex grand amour du commandant Servaz, le contacte directement et lui demande de venir prouver l'innocence de son fils. Martin se rend immédiatement sur les lieux et commence à enquêter après avoir été nommé par le Procureur. Mais il est très vite rattrapé par ses souvenirs : il a passé toute sa jeunesse à Marsac où il a fait ses études. L'enquête se complique peu à peu quand l'équipe découvre des indices semblant ramener au psychopathe identifié lors de sa précédente enquête dans la région, qui s'était enfui...

 Mon avis :

J'ai énormément apprécié cette enquête, dont le développement est très surprenant. Nous sommes plongés dans les souvenirs de Martin, cela nous le rend proche et touchant. Car ce personnage est très secret et introverti, il se livre peu et pourrait même paraître froid. Il prend le temps de réfléchir, de rapprocher les indices, tout en se laissant aussi guider par son instinct. Son équipe est très présente, il délègue et ne travaille pas seul. 

L'enquête se resserre sur la prépa où il a étudié et où sa fille Margot est en formation. C'est elle qui va mener sur le terrain une partie des recherches et découvrir des indices essentiels. Cet échange des fonctions entre père et fille est un bon procédé narratif.

L'issue de l'enquête est vraiment bien préservée et la surprise est là à la fin - ce qui est assez rare dans les polars. L'écrivain crée une ambiance très personnelle qui sonne vrai, y compris dans ses rapports avec les membres de son équipe.

Ne partez pas sans me laisser un commentaire ou un petit mot, ce n'est pas très agréable de passer tant de temps à écrire une chronique sans savoir si quelqu'un vous a lu (en-dehors de ma fidèle Nicole !)

Quelques infos :

Ce livre a obtenu le Prix des Bibliothèques et des Médiathèques de Grand Cognac 2013.

On le trouve en broché à 20,90 €, version de poche à 8,60 €, e-book à 12,99 € (prix indicatifs).

Posté par Loucat à 11:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 mars 2018

Fantasy : La guerre de la faille tome 1

Résumé à ma façon :

Magicien-L-apprenti

Le jeune Pug, apprenti peu doué du magicien Kulgan, est un jeune orphelin recueilli par le duc de Crydee. Il essaie d'apprendre à dompter ses pouvoirs magiques forts mais qu'il ne parvient pas à utiliser. Au cours des années qui suivent, il est séparé de son ami Tomas qui devient un grand guerrier alors que lui-même est asservi par les Tsuranis et emmené dans leur monde. Là-bas, il devient  un "Très puissant", après avoir été formé à utiliser la magie supérieure. Mais la guerre fait rage et menace de détruire l'équilibre des deux mondes, et un complot se met en place à Kelewan pour essayer de trouver une issue pacifique au conflit.

Mon avis :

Ce livre est donné comme l'un des piliers de la Fantasy. Je suis pourtant mitigée sur son contenu.

L'histoire est a priori prometteuse, puisqu'elle oppose deux mondes qui ne peuvent se rencontrer qu'à travers une faille spatio-temporelle générée par des magiciens. Bien qu'ayant une culture plus développée, le monde de Kelewan où vivent les Tsurani manque cruellement de métaux. Quand ils découvrent que le monde de Midkemia en regorge, ils décident de gagner des terres par la guerre et d'asservir ses habitants pour exploiter les mines jusque-là entretenues par les nains.

L'histoire est si complexe, avec tant de personnages passionnants et de lieux explorés que l'on ne peut même pas résumer l'histoire ! Cest là justement la limite que je pose entre une bonne histoire et un récit trop foisonnant. Car en réalité il y a plusieurs histoires en une seule, et même si chacune est franchement passionnante, l'ensemble m'a paru un peu bancal. C'est là mon seul reproche (sauf si l'on prend en compte la longueur, 813 pages tout de même) car le personnage de Pug est formidable : frais et naïf au début, il se montre d'un courage et d'une tenacité incroyables. Ses émois face à l'intrépide princesse de Crydee sont très amusants !

raymond-feist-comics-pug-magicien-

BD éponyme, voir "Quelques infos"

Son ami Tomas est un personnage fascinant par sa complexité, qui évolue d'une manière surprenante tout au long du livre. J'ai été moins séduite par le personnage de Milamber (Pug a changé de nom en devenant un Tout-Puissant) que j'ai trouvé trop lisse jusqu'à son explosion de colère finale d'ailleurs spectaculaire.

Les personnages, y compris secondaires, sont extrêmement bien cernés et attachants. L'histoire de ces deux mondes parallèles est elle-même étonnante car chacun d'eux est vraiment bien détaillé et présente une civilisation spécifique. La langue employée est très agréable, les descriptions des personnages et des lieux si bien faites que l'on croit connaître les univers décrits. Et bien sûr, on rencontre des nains, des elfes, et des créatures magiques inconnues !

Je ne peux que vous recommander cette lecture malgré ma petite réticence, car on a envie de savoir comment tout cela va évoluer !

Quelques infos :

Livre écrit par Raymond E. Feist en 1982, publié en France en 2000 dans sa première version.

En livre de poche à 9,90 €. ce livre a inspiré une BD.

Posté par Loucat à 16:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mars 2018

Série : "Happy Valley"

Synopsis à ma façon :

Happy Valley

Il ne se passe rien de très gai dans la petite ville anglaise de Happy Valley dans le Yorkshire, contrairement à ce qu'annonce son nom accueillant. La ville est gangrénée par le trafic de drogue, qui touche même les élus municipaux, et les policiers dirigés par le sergent Catherine Cawood (Sarah Lancashire) ont fort à faire, entre trafiquants et consommateurs déjantés. Dans ce panorama déjà peu sympathique, une histoire sordide se met en place. Le comptable d'une entreprise de la ville propose à un dealer de kidnapper la fille de son patron qui l'a humilié, pour lui extorquer de l'argent. Une fois la malheureuse jeune fille enlevée, les choses déraillent l'une après l'autre, les meurtres et agressions se multiplient, dans le sillage des deux hommes chargés de la surveiller. 

 Mon avis :

Cette excellente série à l'ambiance glauque n'épargne pas les spectateurs. On pense bien sûr à Broadchurch, la référence en matière de thriller social. Mais cette histoire va plus loin, en analysant les dégats de la drogue sur un plan plus large, à l'échelle d'une ville entière, et pas seulement pour ses conséquences individuelles. Certaines scènes sont très dures, alors que l'humour vient parfois faire irruption par surprise. La tension est intense et permanente, avec beaucoup de scènes d'action et de rebondissements.

Les acteurs sont excellents ! On retrouve James Burton, le charmant pasteur tourmenté de Grantchester, dans le rôle inattendu d'un monstre psychopathe - il est franchement terrifiant en dépit de sa gueule d'ange.

happy-valleyJames Norton

Sarah Lancashire dans le rôle du Sergent Cawood est tout simplement incroyable : malgré sa vie personnelle très difficile, elle parvient à encourager son équipe qui traverse des moments bien durs, à montrer de la compassion à ses administrés, mais aussi à faire le coup de poing avec plaisir, et reste juste et crédible à chaque instant. Son jeu nous fait ressentir les émotions de son personnage dans ce rôle éprouvant. Son étrange cohabitation avec sa soeur Clare (Siobhan Finneran) et son petit-fils Ryan, qu'elle a décidé de garder après la mort de sa fille, apporte à la fois de la douceur et un cadre étonnant de vie pour ce personnage principal.

Happy valley Catherine et Clare

En conclusion, "Happy Valley" est une série passionnante qui aborde des thèmes vraiments difficiles de manière crue mais très efficace. Cette série a obtenu de nombreux prix dont le British Academy Televison Award de la meilleure série dramatique et de la meilleure actrice.

Quelques infos :

Mini série anglaise en 6 épisodes de Sally Wainwright. 

Diffusion de la saison 1 sur France 3 le jeudi à partir de 20h55. Ce soir, épisodes 4 à 6.

Diffusion des saisons 1 et 2 sur Netflix.  

Posté par Loucat à 20:32 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 mars 2018

Série : "Caïn" saison 6

Mon avis :

Si vous êtes des fidèles lecteurs de mon blog, vous savez déjà que j'affectionne Caïn.

cain-france-2

Un flic atypique, puisqu'il mène ses enquêtes en fauteuil roulant. Mais ce qui le distingue surtout, c'est sa manière d'être. Intuitif, Caïn décèle de menues incohérences dans les interrogatoires des témoins. Une fois qu'il a un doute sur une personne, il ne la lâche plus et se montre franchement crampon. En ce sens, il a un petit côté Colombo très amusant, son côté naïf en moins, remplacé par un humour caustique décapant. Caïn n'hésite pas à enfreindre les règles de la procédure, en perquisitionnant de nuit dans les domiciles des victimes - voire même des suspects ! Il se moque allègrement de son état, ce qui déstabilise ses interlocuteurs.

Bruno Debrandt est pour beaucoup dans l'attachement que l'on porte à ce personnage. Charmeur, arrogant, insupportable, puis désarmant tour à tour, l'acteur s'en donne à coeur joie, pour notre plus grand plaisir.

Bruno Debrandt

 

Quelle n'a pas été ma surprise d'apprendre qu'il va être remplacé dans ce rôle par Julien Baumgartner dans la septième saison ! Comment les scénaristes vont-ils nous faire avaler la pilule ? Je dois dire que je suis sceptique...

Cette série est également servie par de très bons seconds rôles, Julie Delarme en tout premier lieu, dans le rôle de Lucie Delambre, la coéquipière de Caïn dans les saisons précédentes. Mais on nous annonce de grandes modifications dans l'équipe, alors, surprise !

 

Cain et Legrand

A noter, comme cerise sur le gâteau : cette série fait la place belle aux guests dans des rôles parfaitement inattendus. Ainsi, Florence Pernel qui joue généralement des personnages sympathiques se retrouve dans la peau d'une tueuse psychopathe. On va retrouver aussi Bruno Solo, Frédéric Diefenthal... De quoi se régaler en fin de semaine. 

Alors, "Caïn", on aime ou pas. L'humour caustique très présent fait la part belle à des enquêtes souvent très sombres, plongeant dans les secrets de famille ou les moeurs des personnages. Mais cette série détonne dans le PAF français, bien que l'on sente depuis quelques temps un frémissement vers une amélioration de la qualité, avec de belles réalisations telles que "La forêt", dont je vous parlais il y a peu, ou "Les innocents". Enfin, de l'air ! (même si on continue à collectionner les morts...)

Quelques infos :

Bande annonce en cliquant ici.

Diffusion à 20h55 sur France 2 à partir du vendredi 16 mars : 2 épisodes par semaine, sur 5 semaines. Suvi d'épisodes des saisons précédentes, dans le désordre !

Posté par Loucat à 13:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,