P'tit résumé :

 

poppy-wyatt-est-un-sacre-numero

 

Poppy Wyatt a beaucoup de chance : l'homme qu'elle aime vient de la demander en mariage, en lui offrant la bague de fiancailles de sa grand-mère, qui a une valeur inestimable. Hélas, au cours de la soirée bien arrosée de son enterrement de vie de jeune fille dans un hôtel chic, la bague disparaît. Après avoir cherché pendant des heures, Poppy décide d'appeler tous les lieux où elle s'est rendue, mais voilà qu'elle se fait voler son téléphone portable.

Désespérée, elle croit sa chance revenue lorsqu'elle trouve dans une poubelle un téléphone portable qui vient d'être jeté ! Elle décide de se l'approprier, pour la bonne cause, se dit-elle. Et donne son nouveau numéro de téléphone à tout le personnel de l'hôtel, espérant que la bague réapparaisse ... 

Mais ce téléphone appartenait à l'assistante personnelle de Sam, le patron d'une grande entreprise, qui cherche absolument à le récupérer, car il contient des informations et des adresses indispensables.

Poppy s'entête : elle veut retrouver sa bague, il lui faut donc garder le portable. Elle propose alors à l'homme en question de lui transmettre tous les messages reçus sur le téléphone, et de le lui rendre le lendemain.

Mais Poppy est très (trop) curieuse, elle se met à se passionner pour la vie de cet homme, et décide de lui donner un coup de main pour "améliorer" ses relations avec ses salariés...

Mon avis : les filles, vous allez vous régaler !

Poppy Wyatt est réellement un sacré numéro. Elle se révèle pleine de ressources et d'inventivité, que ce soit pour cacher à sa belle-famille ce qu'elle croit être son manque de culture ou pour sauver la mise à cet homme qu'elle ne connait pas. Elle ne manque pas de bagout et d'arguments, encore moins d'humour. Hélas, sa curiosité va entraîner de multiples quiproquos qui vont bien compliquer la vie de ce pauvre homme, qui ne demandait rien à personne ! Le voilà affublé d'une assistante personnelle téléphonique, qui prend des initiatives délirantes et indésirables... 

Ce livre est sympathique et très amusant, j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire. On a du mal à le lâcher une fois commencé, et certaines scènes sont vraiment très drôles.Chacune des inventions de Poppy la lance dans de telles complications qu'on se demande comment tout cela va bien pouvoir finir. 

 Sophie Kinsella écrit des histoires pour les femmes, mais elles sont très rafraîchissantes car ses héroïnes sont loin d'être mièvres ou fragiles.

A lire pour se détendre et oublier tous ses soucis, en se régalant de ceux qui arrivent aux autres.

L'auteur :

 

Sophie-Kinsella-CBlake-Littlec22

 

Sophie Kinsella est une véritable star : auteur des "Petits Secrets d'Emma" (2005), de "Samantha, bonne à rien faire" (2007) et de "Lexi Smart a la mémoire qui flanche" (2009), elle est également reconnue dans le monde entier pour sa série-culte des aventures de "L'Accro du shopping". 

Quelques informations :

Editions Pocket : 7,70 €

Paru en mai 2014.

 L'extrait :

- Violet ?

Une voix d'homme. Pas celui qui a appelé un peu plus tôt. Celui-ci a une voix plus profonde. Si j'en juge par ce seul mot, il n'a pas l'air de bonne humeur. [...]

- Tu es en bas dans le hall ? Les japonais sont toujours là ?

Machinalement, je jette un coup d'oeil autour de moi. Il y a un groupe entier de japonais près des portes.

- Oui, ils sont encore là. Mais je ne suis pas Violet. Et ce n'est plus son téléphone. Désolée. Vous pourriez peut-être prévenir les gens que son numéro a changé. [...]

- Excusez-moi, mais qui êtes-vous ? Pourquoi répondez-vous à ce numéro, et où est Violet?

- Je suis l'heureuse propriétaire de ce téléphone, je réponds, plus sûre de moi que je ne le suis. Comme vous le savez certainement, "en fait de meuble, possession fait titre".

- La propriétaire ? Mais c'est dingue, ça, vous êtes qui ?

Il profère quelques jurons, et j'entends des pas à l'autre bout du fil. On dirait qu'il dégringole des marches.

- Dites-moi, ils s'en vont ?

- Les japonais ? Peut-être. Difficile à dire.

- Il y a un petit gros avec eux ? Plein de cheveux ?

- Vous parlez d'un homme en costume bleu ? Oui, il est en face de moi. L'air furax. Il va mettre son imper.

Un de ses collègues vient de lui passer un trench Burberry. En l'enfilant, il a l'air renfrogné. Un torrent de paroles peu aimables jaillit de sa bouche, et tout son entourage opine du bonnet nerveusement.

- Non ! Il ne faut pas qu'il parte !

L'exclamation de mon interlocuteur me prend par surprise.

- Si, il est sur le départ. Navrée.

- Il faut que vous l'arrêtiez. Allez vers lui et empêchez-le de quitter l'hôtel. Tout de suite. Trouvez un moyen."