Synopsis à ma façon :

Captive affiche

Grace Marks est emprisonnée depuis plus de 15 ans. Elle a été condamnée à la prison à perpétuité pour avoir participé au double meurtre de son maître et sa gourvenante, alors qu'elle était domestique, en 1843. Un comité de soutien contacte Simon Jordan, un jeune psychanalyste, à qui ils demandent d'examiner Grace afin d'établir son innocence, puisqu'elle a plaidé l'amnésie avant d'être condamnée. Le docteur écoute Grace, lui demandant de lui raconter son histoire en détails afin de tenter d'établir les faits, essayant de l'amener à analyser ses rêves et ses actes.  

Mon avis :

Cette série est une adaptation d'un livre de Margaret Atwood, "Alias Grace", qui est sur ma liste à lire. C'est l'auteure de "La servante écarlate", qui a également été adapté en série et qui a fait fureur aux USA, étant considéré comme un contrepoint aux discours misogynes et régressifs de Trump. Autant dire que cette auteure défend la cause féminine avec ferveur.

L'histoire de Grace est strictement effroyable. Nous avons oublié quel était le sort des femmes avant les avancées décisives des droits du 20ème siècle. Maltraitance, servitude sexuelle, avortements solitaires, désespoir... l'oppression masculine constante étant de plus renforcée par la complicité de certaines femmes. De quoi faire dresser les cheveux sur la tête, et comprendre qu'il faut encore lutter pour une égalité totale, et le maintien définitif de droits régulièrement contestés !

Bref, la pauvre Grace a tout vécu : les passage en bateau de l'Irlande vers le Canada, avec un père ivrogne, une mère mourante et toute une compagnie de pauvres gens enfermés dans la cale. Puis le rôle de mère de substitution pour ses nombreux frères et soeurs. Elle finit par échapper aux assauts de son père et devient domestique, à 13 ans... Rien que ce début de vie marquerait l'âme la plus solide. 

L'actrice principale, Sarah Gadon, est extraordinaire : elle a un visage ravissant sans être belle, avec de grands yeux bleus qui incitent à s'y perdre et induisent son innoncence. Mais elle parvient à exprimer toute la palette des émotions, rien qu'avec son regard ! C'est une révélation que cette jeune femme, je pense qu'on la reverra souvent. A noter que Grace parle en faisant du patchwork, ce qui amusera certains lecteurs de ce blog !

Captive Grace

La mise en scène est fluide, pas démonstrative. Cependant rien ne nous est épargné, et les scènes ne sont pas filtrées : on voit ce que Grace a vécu réellement. La jeune femme ne dit pas tout au psychanalyste, et les images de ses rêves ou souvenirs viennent de temps en temps s'intercaler à son récit. Le visage du jeune docteur, joué par Edward Holcroft, est saisissant : on le voit passer par toutes les émotions, même s'il est censé les cacher, et Grace sait aussi les utiliser et s'en amuser. Ses commentaires en off sont assez révélateurs.

Captive le docteur

Ce qui m'a étonnée, c'est que malgré toute la compassion que l'on ressent pour Grace, on ne sait toujours pas à la fin quelle a été la réalité de son histoire. Coupable ou innnocente ? Amnésique ou manipulatrice ? A l'unisson du jeune docteur, nous passons d'un sentiment à l'autre, sans parvenir à une certitude.

C'est tout le panache de cette série : Grace garde son mystère jusqu'à la fin, même si l'on s'approche à plusieurs reprise du coeur de sa personnalité. Du grand art !

Cliquez ici pour voir la bande annonce en VO 

Quelques informations :

Mini série canadienne créée par Sarah Polley et Noreen Halpern en 2017, six épisodes. Diffusion sur Netflix. 

Extrait d'un article publié par Le monde

"[L'histoire] se fonde sur un fait divers historique, le meurtre d’un propriétaire terrien, Thomas Kinnear, et de la gouvernante de sa maison, Nancy Montgomery, en 1843, sur lequel Margaret Atwood a travaillé pendant près d’un quart de siècle. Elle s’est d’abord servie de ces événements tragiques relatés par l’auteure Susanna Moodie pour écrire le scénario d’un téléfilm pour la chaîne CBC en 1974 sous le titre de The Servant Girl puis un roman publié en 1996.

Le double meurtre conduisit aux condamnations des deux domestiques de la maison, la jeune Grace Marks et le garçon d’écurie James McDermott. Ce dernière fut pendu tandis que la servante adolescente originaire d’Irlande du Nord fut condamnée à la réclusion à perpétuité. Elle purgea une peine de trente années avant d’être libérée et de s’installer aux Etats-Unis.]