Résumé à ma façon :

Au-revoir-la-haut

La première guerre mondiale est sur le point de finir. Lors d'un dernier assaut, Edouard est gravement blessé en voulant sauver Albert enfoui dans un cratère de bombe : il y laisse la moitié du visage. Après des mois effroyables de guérison, pendant lesquels Albert le soigne, le soutient, les deux jeunes hommes devenus amis par hasard reviennent à la vie civile. Mais personne ne les attend : les français veulent retrouver un quotidien qui leur fait oublier leurs morts et les anciens soldats n'ont plus de place. Comment Edouard pourrait-il retrouver sa vie de riche jeune homme facétieux avec sa gueule cassée ? De son côté Albert ne parvient pas à retrouver du travail dans une société dévastée où le chômage domine. Leur vient alors une idée plus que discutable. Dans ce climat de reconstruction, il faut s'occuper des morts. Les rechercher, les identifier parmi les cimetières de fortune et leur donner une sépulture décente. Mais aussi les honorer. C'est là que s'infiltrent les profiteurs de guerre et les deux hommes montent une invraisemblable escroquerie pour y prendre leur part.

 Mon avis :

J'ai rencontré ce livre assez tard après sa parution, alors même que son adaptation filmée a eu un énorme succès. Le thème est très poignant : la vie dans l'après-guerre, alors que tant d'hommes jeunes sont morts ou survivent avec d'épouvantables blessures et ce qu'on appellerait de nos jours un "syndrôme post-traumatique". Il est quasiment impossible pour eux de parvenir à oublier les terreurs des tranchées et de reprendre un quotidien normal.

Dans cette période, certains parisiens vivent comme si la guerre n'était jamais arrivée. Ils ont bénéficié de la guerre en amassant des fortunes, alors même que le pauvre Albert a tout simplement perdu son travail : un autre a pris sa place... Les différences sociales sont incroyablement fortes, les petites gens (domestiques, petits salariés) se trouvent dans un état de soumission totale pour subsister. C'est dans ce climat que commence le véritable roman d'Albert et Edouard. Leurs différences sociales sont quasiment insurmontables et pourtant ils créent une amitié d'une force incroyable. 

au revoir film

La langue de Pierre Lemaître est merveilleuse. Crue, romanesque et pourtant pleine d'humour, il l'utilise comme les crayons d'Edouard pour peindre les portraits incroyablement vivants de ses personnages. On ressent le désespoir, la solitude, les émois et les élans de chacun. Il y a des moments vraiment éprouvants dans son récit, raison pour laquelle je n'ai pas voulu voir le film, que j'ai évité comme tous les films de guerre. Mais ici ce sont les hommes qui importent, leurs vies grandes ou petites, leurs réactions face aux évènements. Dans ce récit, des scènes d'une beauté flamboyante ressortent, que je ne vous révèlerai pas pour vous laisser le plaisir de la découverte. Si vous avez laissé passer ce livre, plongez-vous vite dans ses pages !

Quelques informations :

Ce roman a obtenu le prix Goncourt en 2013. 

Edition en Livre de Poche à 8,70 €.

Une suite vient juste de paraître, "Les couleurs de l'incendie" à 22,70 € chez Albin Michel.