J'ai fini les trois tomes de la saga avant de vous en parler, les livres étaient assez courts (environ 400 pages) j'ai préféré cela plutôt que de chroniquer chaque tome.

Résumé rapide :

La Moira T1

La jeune Aléa vit en vagabonde dans son village. Elle est orpheline et vit de petits larcins et de menus travaux dans un village de la Sarre, une région de Gaelia. Mais un jour, elle trouve dans le désert une main qui émerge du sable, avec une énorme bague. Pensant pouvoir la revendre, elle la glisse à son doigt. A partir de là, de curieux pouvoirs se développent en elle, l'amenant à fuir dans un premier temps, puis à mener une quête personnelle qui l'amènera à devenir un personnage central dans la révolution de son pays. En parallèle des aventures d'Aléa, la louve blanche Imala vit des situations similaires, ce qui les amènera à se rencontrer et à pactiser.

 Mon avis : 

Ces trois tomes sont centrés autour du personnage d'Aléa, qui a 13 ans au début de son aventure. Les deux premiers tomes nous font découvrir des personnages hauts en couleur, tels les druides de la cité de Sai Mina et leurs magistels, des hommes d'armes totalement dévoués à leur cause et liés à la vie à la mort à leur druide. Sous le regard d'Aléa, sa naïveté au début, puis sa sagesse particulière acquise au fur et à mesure que ses pouvoirs grandissent, les gens autour d'elle changent, les situations évoluent, les barrières tombent.

La jeune fille est impertinente, drôle, elle n'hésite pas à se mettre en danger et à rentrer en conflit avec les adultes qui l'entourent. Son mode de relation aux autres est tout à fait singulier et passionnant. Mais voilà le hic de cette histoire, selon moi, qui m'a gênée tout du long : à la fin du tome 3 Aléa n'a que 14 ans... Elle se retrouve pourtant à la tête d'une armée, amène des populations entières à se ranger derrière elle, et surtout se comporte comme une femme adulte bien campée, même dans ses relations intimes... Or ce n'est qu'une petite fille !

la-moira T2

Je suppose que l'auteur a voulu insister sur la fraîcheur de la jeune fille, son regard tout neuf sur les choses et les gens qui l'amènent à envisager des bouleversements radicaux, là où les adultes, ayant chacun une place désignée dans leur société, ne voient même plus l'intérêt de changer les choses. Le bouleversement interne de la jeune fille, lorsqu'elle découvre ses pouvoirs, est d'après moi une allégorie d'un peuple qui ouvre les yeux et décide enfin de sa destinée. C'est donc un effet de style littéraire, mais bon, Aléa aurait pu sans problème être plus âgée.

Si l'on passe par là-dessus, l'histoire est vraiment intéressante, même si c'est loin d'être ma saga préférée. On s'attache à la louve dont les épreuves si bien décrites par Henri Loevenbruck nous bouleversent. Le personnage de Bjoln le nain qui accompagne Aléa dans toutes ses aventures amène de l'émotion et de la drôlerie à ce récit. 

Cette capacité à décrire les âmes et les sentiments propres à chaque personnage fait preuve d'un remarquable talent d'écrivain. Il y a beaucoup de périodes de guerre et de batailles dans cette saga, le tome 3 y est d'ailleurs quasiment dédié. J'ai trouvé ça un peu long pour ma part, ce n'est pas du tout ce qui me fait rêver dans la Fantasy ! Cependant les combats sont décrits avec un réalisme étonnant, on s'y croit réellement.

La Moira T3

Henri Loevenbruck a choisi d'inclure dans son récit la voix interne de certains personnages, qui réfléchissent ou interprètent les paroles de leurs interlocuteurs en direct, dans des paragraphes en italique inclus dans les dialogues ou la narration. Ce procédé particulier paraît étrange au départ mais permet une réelle compréhension de la complexité des protagonistes, nous éclaire sur leur manière singulière de réfléchir ou de prendre des décisions.

Quelques infos :

On trouve cette saga en intégrale à 15 €, Editions J'ai lu - ou bien chaque tome séparément à 7,20 € pièce.

Sous format e-book l'intégrale se trouve à 11,99 €.

Henri Loevenbruck est un écrivain français.