J'avais loupé les deux premiers épisodes, alors la semaine dernière j'ai enregistré les deux suivants, regardés hier, ouf ! Et tout ça afin de pouvoir vous en parler aujourd'hui, jour de diffusion des prochains épisodes.

Synopsis à ma façon :

Affiche Petite Dorrit

Amy Dorrit est née et a été élevée à la Maréchaussée, la prison pour dettes où son père est enfermé depuis plus de 20 ans. Comme tous les proches des prisonniers, elle peut entrer et sortir à sa guise de cette prison, et réalise des travaux de couture chez une riche bourgeoise, Madame Clennam. Le fils de celle-ci, Arthur, revient à Londres après de longues années passées à l'étranger. Il comprend qu'un mystère plane autour de la famille de cette jeune fille, qui serait peut-être liée à la sienne par un scandale financier. En homme bon et honnête, il décide d'oeuvrer en toute discrétion pour découvrir la vérité et rendre un peu d'honneur à cette famille. A la fin du 4ème épisode, il a réussi à prouver que le père d'Emy a une fortune ignorée, et qu'il va pouvoir être libéré... 

Mon avis :

J'aime beaucoup les séries à base historique, pour les costumes et tout ce que l'on peut apprendre sur l'époque où se déroule l'histoire.

La ville de Londres ici dépeinte à l'époque Victorienne est sale, pauvre, les gens y survivent plus qu'ils n'y vivent.

La petite Dorrit, rues de Londres

J'ai apprécié l'humour et la précision avec lequels la reconstitution des costumes et des décors a été réalisée. Ici on ne se situe pas dans le grand luxe comme dans "Downtown Abbey", merveilleuse série dont je vais vous parler très bientôt. Les gens dépeints sont de petites gens, des ouvriers, manutentionnaires, ou même des petits bourgeois se lançant dans l'industrie. Les cheveux ne sont pas parfaitement lissés mais bien crêpés comme on peut l'imaginer dans une période où l'on manquait d'eau et de produits cosmétiques ! Les robes des bourgeoises cependant sont merveilleusement rebrodées ! Pour le plaisir des yeux aussi...

Lapetite Dorrit robe

Les décors sont d'un réalisme incroyable, la découverte de "l'usine" dans laquelle Arthur Clennam va investir est sidérante : un local coincé derrière une porte basse (on frémit à l'idée de ce qui se passerait si le feu prenait...), une pauvre machine à vapeur, prototype de la production à venir... et c'est tout ! Il faut être visionnaire pour voir un avenir dans ce "rien".

J'ai également apprécié qu'on ne nous présente pas des personnages d'une beauté éclatante, mais dont le charme ou la personnalité prennent le dessus sur le physique. Franchement, dans ce domaine, les anglais sont très forts. 

L'histoire elle-même est prenante, même si hélas il me manquait des informations données dans les deux premiers épisodes. J'ai quand même réussi à suivre, ça m'a tellement plu que je ne manquerai pas la suite, c'est sûr ! Et pour la petite histoire, cette merveilleuse série sera rediffusée fin décembre, en matinée (à partir du 24) , vous pourrez donc voir les épisodes manquants !

J'ai été très touchée par le personnage d'Arthur, joué par Matthew MacFadyen.

La petite Dorrit Arthur

Cet homme, qui a tout, refuse de voir la société changer sans lui. Il pressent l'avènement de la société industrielle, et veut absolument en faire partie, au lieu de continuer à vivre de ses rentes. C'est très drôle de le voir "mendier" un emploi auprès de son ami, inventeur d'une machine à vapeur, en lui proposant de devenir son directeur commercial...  C'est véritablement un homme bon, comme on n'en voit plus jamais dans les films de nos jours. La bonté serait-elle devenue signe de faiblesse ? Lui refuse l'injustice et trace sa route avec douceur mais détermination.

La petite Dorrit est interprétée avec force et justesse par Claire Foy, au grave visage pâle, d'une beauté discrète. 

La petite Dorrit

Seule à aider sa famille, elle se fait en permanence rabrouer, culpabiliser par son père qui se sert d'elle froidement pour obtenir de l'argent ou des avantages de confort de la part des personnes dont il dépend. Ainsi, alors qu'en plus de son travail à l'extérieur, elle revient tous les jours vivre avec lui pour entretenir sa geole (une grande pièce vide) , laver le linge, faire la cuisine, au lieu de vivre sa vie à l'extérieur, il ne cesse d'exiger qu'elle accepte les avances du fils de son geolier pour obtenir quelques pauvres avantages pour lui, n'hésitant pas à la traiter d'égoïste !

La pauvre n'essaie même pas de se défendre, alors même qu'elle a des valeurs morales, un sens du devoir et de la justice bien plus développé que lui. Quelle triste vie que celle de cette jeune fille luttant pour aider un père méprisable, au prix de sa vie à elle...

 Les personnages secondaires sont incroyables, avec de véritables "gueules", ils donnent vie à cette histoire.

Lapetite Dorrit, Rigaud

Quelques informations :

Diffusion le jeudi à partir de 20h50 sur Arte. Ce soir, épisodes 5 et 6 / 8.

Rediffusion de l'épisode 1 le 24 / 12 à 9h45.

Série anglaise réalisée en 2008 par Andrew Davies, qui s'est spécialisé dans l'adaptation de grands romans historiques anglais, réalisateur également de "House of Cards".

On les a déjà vus quelque part :

Matthew MacFadyen a joué dans "Les trois mousquetaires" , version de Paul W.S Anderson, avec Mila Jovowitch et Orlando Blum, dans "Orgueil et préjugés" de Joe Wright avec Keira Knightley.